MAROC
02/05/2019 14h:46 CET

France: Isabelle Balkany a fait une tentative de suicide

“Elle va avoir du mal à s’en remettre", a réagi son époux Patrick Balkany, alors que le couple doit être jugé à partir du 13 mai pour fraude fiscale.

Le HuffPost

POLITIQUE - Comme l’a rapporté Le Parisien ce jeudi 2 mai, Isabelle Balkany, première adjointe au maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a tenté de mettre fin à ses jours la veille au soir dans sa maison de l’Eure.

Son mari, Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, l’a découverte inanimée et a prévenu les secours. Actuellement hospitalisée, ses jours ne sont plus en danger.

“Elle a écrit un post Facebook hier, avant de prendre une tonne de médicaments, pour faire soit-disant ‘sa grosse sieste’, comme elle l’écrivait”, a déclaré son époux au micro de RTL. “Elle va avoir du mal à s’en remettre, elle était très fortement impactée, a-t-il poursuivi. (...) Elle était parfois extrêmement touchée par les propos tenus par certains”. 

Dans un long message publié sur Facebook (à lire ci-dessous) mercredi peu après 18h, Isabelle Balkany a exprimé sa fatigue “de voir souffrir l’homme de (sa) vie” et a fustigé les “minables caricatures qui en sont faites avec délectation”. L’élue a utilisé à plusieurs reprises la formule #Jesuisfatiguée pour débuter des phrases.

À partir du 13 mai, Isabelle et Patrick Balkany doivent comparaître devant la justice, poursuivis dans deux dossiers: fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale aggravée. Le procès doit se terminer le 20 juin.

Le fils Balkany, par sa complicité, avait écopé d’une mise en examen, notamment pour blanchiment de fraude fiscale concernant le riad Dar Gyucy, une luxueuse villa à Marrakech. “Il aurait entre autres signé deux faux bails en 2011 et 2014 pour cette propriété gérée par une société immobilière marocaine -qui a acquis la villa pour 5,8 millions d’euros en 2010 (soit plus de 61 millions de dirhams)-, permettant à ses parents d’y séjourner en tant qu’invités mais de manière quasi permanente”, rapportait le journal France Soir. Le 13 août 2015, la justice française avait ordonné la saisie de cette villa qui aurait fait l’objet d’un financement opaque de près de 3 millions d’euros via des sociétés-écrans. Il s’agit de la troisième maison des époux Balkany saisie par la justice.