MAROC
20/08/2018 16h:31 CET

France: 3 associations se portent partie civile dans l'affaire de la fusillade contre des Maghrébins

Les associations espèrent que justice sera rendue.

Twitter

JUSTICE - Trois associations humanitaires ont décidé de se constituer partie civile dans l’affaire d’une fusillade raciste ayant ciblé récemment un groupe de jeunes maghrébins dans l’est de la France.

“Trois semaines après la fusillade de Beaune, trois associations humanitaires ont décidé de se constituer partie civile. SOS Racisme, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) et la Ligue des droits de l’Homme ont donné mandat à un avocat. Les associations espèrent que justice sera rendue aux victimes de la fusillade du 30 juillet’’, rapportent lundi les médias de l’Hexagone.

Une attaque raciste avait ciblé fin juillet dernier un groupe de jeunes maghrébins à Beaune dans le département de la Côte-d’Or (Est de la France). Les deux présumés auteurs ont été mis en examen et écroués.

Cette attaque avait créé l’émoi parmi la population de la cité où des dizaines de personnes s’étaient rassemblées sur les lieux des tirs en soutien aux victimes et à leurs familles, à l’appel notamment de SOS racisme, qui avait dénoncé une “sous-estimation systématique” par la justice “de la dimension raciste des agressions contre les personnes”.

“On se porte partie civile parce que la circonstance aggravante du racisme est avérée, par solidarité avec les parties civiles et pour avoir accès au dossier’’, affirme Paul Garrigues de la Ligue des droits de l’Homme dans des déclarations rapportées par des médias français. 

En se constituant partie civile, les trois associations entendent “tirer la sonnette d’alarme en rappelant que le racisme est un délit en France et que de plus en plus le racisme tend à se banaliser”, affirme, pour sa part, la présidente du comité SOS Racisme en Côte-d’Or, Dieynaba Baldé.

Dans la nuit du 30 au 31 juillet dernier, une voiture avait foncé délibérément sur un groupe de jeunes maghrébins sans les atteindre, dans le quartier populaire de Saint-Jacques à Beaune. Vers quatre heures du matin, les deux auteurs sont revenus à bord d’une autre voiture ouvrant le feu avec une arme longue sur les personnes présentes. Sept jeunes âgés de 18 à environ 25 ans ont été blessés dont deux sérieusement par les “gerbes de plombs de calibre 12”.

Les deux auteurs de cette attaque raciste sont poursuivis pour “tentative d’assassinat, violences aggravées par (...) notamment la circonstance que les faits ont été commis en raison de l’appartenance à une soi-disant race, religion ou ethnie, réelle ou supposée, injures publiques à caractère racial, menaces de mort à caractère racial”.