MAROC
01/02/2019 15h:55 CET | Actualisé 22/04/2019 16h:47 CET

Pour contrer le hooliganisme dans les stades, les Ultras du Raja et du Wydad établissent un "pacte d'honneur'

Unis pour la bonne cause.

STR via Getty Images

ULTRAS - Les Ultras du Raja et ceux du Wydad ont beau être de grands rivaux dans les gradins, les deux groupes n’hésitent pas à s’associer pour la bonne cause. C’est le cas aujourd’hui avec la publication d’un “pacte d’honneur” pour “endiguer certains comportements et pratiques devenus trop toxiques pour le mouvement Ultras et ses principes”.

“Ce pacte contiendra certaines règles et obligation à respecter avec la suspension provisoire de quelques activités, afin de réduire les altercations accrochages sanguins et donc limiter ‘cet effet de compétition’ uniquement aux stades”, font valoir les structures des ‘Curva sud’ (Raja) et ‘Curva nord’ (Wydad).

Entre autres règles, l’“interdiction provisoire des tags et de toute autre forme d’inscription murale, qui sont à l’origine de la majorité ds conflits” et le “respect des endroits de réunions propres à chaque groupe”, avec “interdiction formelle de rejoindre d’autres rassemblements adverses”, lit-on dans ce pacte d’honneur.

“En cas d’altercations, il est strictement interdit de cibler les domiciles des membres, comme il est déconseillé d’avoir une réaction précipitée sans l’avis des responsables de groupes”, poursuit le texte. “L’arme blanche, engins pyrotechniques compris, est totalement interdite en cas d’altercations involontaires”, indique par ailleurs le pacte, rappelant aux ultras des deux clubs l’importance “de respecter la culture Ultras et de préserver son image partout dans le monde”.

Les deux groupes Ultras ont tenu à préciser que le combat à mener pour préserver la culture Ultra ne se déroule pas uniquement dans ou à proximité des stades, mais aussi sur le net, soulignant qu’ils ne cautionnent pas les personnes “qui engagent le conflit verbal sur les réseaux sociaux”, tout en rappelant que le “jeu” des Ultras reste valable mais restreint à l’intérieur des stades.

Les deux groupes s’étaient déjà unis début janvier pour boycotter le derby casablancais délocalisé au Grand Stade de Marrakech en raison des travaux de réaménagement du Complexe Mohammed V de Casablanca. Une décision prise de concert et explicitée par voie d’un communiqué, dans lequel ils annonçaient alors la mise en place d’un code d’honneur comprenant un ensemble de règles visant à réduire les problèmes et les conflits. C’est chose faite.