ALGÉRIE
21/08/2019 15h:25 CET

Foot: le Brésilien Elkeson, premier sélectionné sans origines chinoises

DR

L’attaquant brésilien Elkeson a été retenu mercredi dans la liste de la sélection chinoise pour les éliminatoires du Mondial-2022, a annoncé la fédération: il est en passe de devenir le premier footballeur naturalisé sans origines chinoises à enfiler le maillot national.

Le sélectionneur Marcello Lippi avait longtemps regretté le manque d’atouts offensifs de sa sélection qui lance ses qualification pour le Mondial contre les Maldives le 10 septembre, ce qui avait déjà fait pressentir par la presse l’arrivée en équipe nationale d’Elkeson, un joueur âgé de trente ans qui évolue dans le championnat chinois depuis 2013 et y a inscrit plus de 100 buts.

Son processus inédit de naturalisation en vue d’une intégration à la liste de Lippi avait fait couler beaucoup d’encre en Chine, bien que cette démarche avait récemment été effectuée pour un autre international, Nico Yennaris, né à Londres et qui a fait ses premiers pas en sélection en juin dernier.

Sauf que ce dernier possède des origines chinoises de par sa mère, au contraire d’Elkeson, joueur de Guangzhou Evergrande qui utilisera désormais le nom chinois d’Ai Kesen.

Cette naturalisation historique pourrait ouvrir la voie à d’autres processus similaires, selon la presse: les Brésiliens Ricardo Goulart et Fernando, tout comme le défenseur Tyias Browning, sont pressentis pour se voir offrir prochainement un passeport chinois.

Cette pratique rappelle celle utilisée par d’autres nations pour densifier leur sélection, comme le Qatar, hôte du prochain Mondial, mais que la Chine, qualifiée seulement pour une Coupe du monde dans son histoire (2002), ne s’était pas encore autorisée.

Certains observateurs ont apprécié cette démarche concernant des joueurs présents en Chine depuis plusieurs années, quand d’autres se sont montrés plus critiques dans le pays: “Ce n’est pas en phase avec les objectifs initiaux du football ni le développement à long terme de cette industrie en Chine”, relève par exemple le think tank sportif Vning sur les réseaux sociaux.

La Chine pointe actuellement à la 71e place du classement Fifa.