ALGÉRIE
07/03/2019 16h:31 CET

FLN: Abdelkrim Abada claque la porte de l’instance dirigeante

Abdelkrim Abada quitte avec fracas l’instance dirigeante du FLN, quelques heures  après son installation.  “Le moudjahid et militant Abdelkrim Abada, coordinateur du mouvement de redressement du FLN, annonce son retrait avec effet immédiat et sans conditions de ce qui est appelé la direction élargie de l’instance de gestion du parti”, annonce M Abada dans une déclaration écrite.

M Abada avait été désigné mercredi, en compagnie d’une vingtaine d’autres personnalités, dont Salah Goudjil et Abderrahmane Abada, au sein de la structure du parti sensée remplacer son comité central. Pourquoi M Abada a décidé de claquer la porte de l’instance ? “Il a refusé de cautionner la composante de l’instance”», affirme un proche.

M Abada reproche au patron du parti de lui avoir menti et de l’avoir induit en erreur. Lors de l’installation de l’instance l’apparatchik du parti découvrait que des personnalités avaient été remplacées par d’autres, sur décision de la Présidence. “Il n’a pas supporté de retrouver certaines personnalités qui n’ont rien à faire dans l’instance”, avoue un de ses proches. En ligne de mire le SG de la Présidence, Hebba El Okbi.

“On est plus maitre de notre parti. Ils nous prennent pour un collectif de supporter”, condamne un membre frondeur du parti.  Abdelkrim Abada part et annonce son soutien au mouvement de soulèvement qui traverse le pays contre le 5ème mandat de Bouteflika.

“Le militant et dirigeant Abdelkrim Abada réaffirme qu’il est, à instar de tous les membres du mouvement de redressement, ancré dans les rangs du peuple algérien dans son soulèvement civilisé et honorable”, conclut la déclaration. 

Le départ de Abdelkrim Abada est une claque de plus pour Mouad Bouchareb, dont les jours à la tête du parti seraient comptés. Le coordinateur du FLN n’est jamais parvenu à s’imposer à la tête de la première formation politique du pays, depuis sa désignation.

Le départ de Abdelkrim Abada ne risque pas de redorer son prestige, auprès de ceux qui l’ont désignés.