TUNISIE
02/04/2018 14h:09 CET | Actualisé 03/04/2018 18h:04 CET

Figure de la gauche tunisienne, Salah Zeghidi n'est plus. Retour sur son parcours

Le parcours exceptionnel d'une figure de proue de la gauche tunisienne.

Figure de la gauche tunisienne, connu pour son franc-parler et son combat contre l’extrémisme religieux, Salah Zeghidi, s’est éteint aujourd’hui, a annoncé, ce lundi 2 avril 2018,  sa fille Meriem Zeghidi Adda sur sa page Facebook.

 

Farouche opposant de l’islam politique et de l’ancien régime de Ben Ali, ancien communiste, le défunt avait consacré sa vie à la lutte syndicale et à la défense des droits humains dans plusieurs organismes.

Il a connu la prison pour ses positions politiques sous le règne du président Bourguiba, dans les années 1970. Il était le fondateur du syndicat des banques au sein de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Il faisait aussi partie du comité directeur de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme.

 

Facebook/Salah Zeghidi
Facebook/ Salah Zeghidi

 

L’enfant de Jbeniana (Sfax) était également une figure de proue de la défense de la laïcité. Il avait fondé l’Association culturelle tunisienne pour la défense de la laïcité ainsi que l’Association tunisienne de la neutralité de l’administration et des mosquées. 

 Il avait contribué à travers ses écrits publiés sur le HuffPost Tunisie à enrichir le débat sur l’histoire et l’avenir de la gauche notamment. 

 

 

 

Lire aussi: 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.