TUNISIE
18/12/2018 20h:23 CET

Figure de gauche: Découvrez l'histoire Béatrice Slama, cette tunisienne de confession juive, dans le film "Béatrice un siècle"

Figure de la gauche tunisienne, Béatrice Slama, née Saada, est issue d’une famille juive de Gabès.

Première mondiale : Film Béatrice un siècle à la Cinémathèque

Figure de la gauche tunisienne, Béatrice Slama, née Saada, est issue d’une famille juive de Gabès. Elle a vu le jour à Tunis en 1923, et a suivi ses études secondaires au Lycée de la Rue de Russie. 

Après l’obtention du baccalauréat en 1941, elle poursuit ses études après la guerre en obtenant une licence d’italien. Elle a enseigné d’ailleurs cette langue au collègue Alaoui de 1948 à 1961.

Après l’agrégation de Lettres modernes, elle devient enseignante à l’université de Tunis de 1961 à 1965. Béatrice Slama était une spécialiste de la littérature des femmes. 

Très jeune, elle rejoint le parti communiste et fonde avec d’autres l’Union des jeunes filles de Tunisie, une organisation féministe proche des communistes. Les engagements de Béatrice Slama embrassent les grands enjeux et débats de son époque: la guerre contre le nazisme, la lutte contre la colonisation de la Tunisie, le départ des juifs du pays, le féminisme, mai 68, etc. 

En 1965, Béatrice Slama quitte la Tunisie avec son mari Ivan Slama pour s’installer à Paris où elle poursuivra sa carrière enseignante à l’université de Vincennes. 

À propos de ce départ, elle écrit: “Mon départ en 1965 a été un arrachement. Il l’a été pour la plupart des Juifs de Tunisie. Mais pour moi, comme pour bien des
communistes tunisiens, il était l’échec d’une vie que je croyais consacrer à la Tunisie, à “l’avenir de la Tunisie” pour reprendre le titre du journal que, jeunes militants, nous avons si longtemps diffusé à la criée. Nous qui étions si profondément engagés et enracinés dans ce pays et qui voulions vivre en citoyens tunisiens au sein du peuple dont nous partagions la chaleur, le sens de la convivialité, un certain rapport aux êtres, aux choses, à la vie, nous nous trouvions embarqués dans une nouvelle diaspora”.

Béatrice Slama est décédée en septembre 2018 à Paris à l’âge de 95 ans. Son parcours a été porté sur le grand écran par la réalisatrice et productrice canadienne d’origine tunisienne, Heger Charf. “Béatrice un siècle” est le titre de son nouveau film qui sera projeté pour la première fois à la Cinémathèque tunisienne, le 22 décembre. Cet hommage posthume aura lieu en présence des enfants de Béatrice Slama. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.