MAROC
19/02/2016 04h:25 CET

A Figuig, une pétition contre la construction d'une barrière le long de la frontière algérienne

A Figuig, une pétition contre la construction d'une barrière le long de la frontière algérienne

MOBILISATION - "Non à la construction de la barrière de séparation sur nos terres!" Dans une pétition publiée le 12 février sur Internet, des habitants de Figuig, soutenus par des marocains résidant à l'étranger (MRE), s'indignent contre l'installation de barbelés autour de leur ville située à quelques kilomètres de la frontière algérienne.

"Ce qui est éminemment déconcertant, c’est que le tracé de la clôture qui entourera la ville de toutes parts, sauf du côté de la route nord (dite nationale), va dilapider encore des terres qui constituent le seul tissu connectif de la ville", peut-on lire dans la pétition qui a déjà récolté près de 2.000 signatures en moins d'une semaine.

Sur les réseaux sociaux, le hashtag #JeSuisFiguig commence à circuler, et des pages Facebook appelant à stopper l'érection de la barrière ont été créées.

Dans leur pétition, les activistes de Figuig estiment en effet que "le tracé de la clôture a été déterminé uniquement sur la base des besoins sécuritaires, et la décision d’encager la ville a été prise sans la moindre étude d’impact sur les conséquences économiques et sociales des populations locales, sédentaires et nomades, vivant dans la région".

Ville morte

Mardi 16 février, une marche de protestation a eu lieu dans la ville. Sur les photos de la manifestation publiées sur le site Figuignews, on aperçoit un faux cercueil porté par des manifestants, sur lequel est inscrit: "Figuig est mort". Les habitants qui se disent délaissés par le gouvernement, estiment que la construction d'une barrière risque de faire de la ville une "prison à ciel ouvert".

Selon Khalid G., un des activistes, "la clôture ne respecte pas le tracé de la frontière avec l'Algérie. De ce fait, beaucoup d'agriculteurs et fermiers vont perdre leurs terrains, leurs cultures, et l’accès à certaines sources d'eau et au lieu d’extraction de sable seront rendus compliqués. C'est un énorme souci économique pour la zone en question".

Fermée depuis 1994, la frontière avec l'Algérie est régulièrement source de tensions entre les deux pays. En 2014, le Maroc a commencé à construire une barrière le le long de la frontière, dans la région de l'Oriental. Une clôture censée courir sur 140 kilomètres, de Saïdia à la province de Jerada.

"Le Maroc construit une clôture dotée de capteurs électroniques pour se protéger des menaces terroristes", avait alors déclaré le ministre de l'Intérieur Mohamed Hassad en juillet devant le Parlement. En septembre 2015, dans une interview pour le magazine Jeune Afrique, à la question de savoir jusqu'où descendrait cette barrière, le ministre avait répondu: "Nous verrons. L’Algérie, de son côté, creuse des tranchées dans le même but. Deux voisins faits pour s’entendre se tournent le dos. Chacun se barricade. C’est regrettable, mais ce n’est pas de notre fait."

LIRE AUSSI:Maroc/Algérie: Le RCD appelle à l'ouverture des frontières maroco-algériennes