LES BLOGS
05/06/2018 17h:33 CET | Actualisé 05/06/2018 17h:33 CET

Fatigue et problèmes de sommeil: Restez en vigilance!

La fatigue se soigne par une vraie période de repos, pas par une seule nuit de sommeil.

Gary Burchell via Getty Images

Vous êtes HS? Épuisé, fatigué, sans vitalité dès le lever du lit? Vous dormez mal, votre cerveau est en ébullition sans relâche? Ou alors vous émergez d’une nuit de 10 heures et pourtant vous êtes sur les rotules?

La fatigue chronique est aujourd’hui l’une des affections les plus courantes et elle peut-être un grand handicap, mais souvent on la tait on l’ignore. Même si votre style de vie est sain et même si vous n’avez pas de gros problèmes de santé, vous pouvez être épuisé.

La fatigue est un signal d’alarme qui peut être d’ordre viral ou bactérien ou être le précurseur d’une maladie grave. Mais le plus souvent elle nous relie à nos modes de fonctionner et à notre sédentarité. Elle est symptomatique du comportement de notre société: trop occupé, trop speed, à courir du matin au soir.

Au lever du lit votre organisme a besoin de temps pour se remettre en route

Il y a en effet cette phase d’entre deux, où votre organisme a besoin de se remettre en route, comme une pendule qui veut se remettre à l’heure. Il s’agit d’une période de transition entre le sommeil et le réveil. Le corps aurait en effet besoin d’environ 30 minutes pour être de nouveau “opérationnel” et pas mal de personnes ont besoin d’un minimum de ce temps afin d’émerger!

D’autres que vous, restent dans un quasi état de somnambulisme

Selon des études anglophones, cette phase serait une sorte d’ivresse du sommeil “sleep drunkenness” même après 9 bonnes heures de sommeil. Attention, ici il s’agirait d’une pathologie rare - l’hypersomnie idiopathique - qui ne concerne que 1% de la population et dont on ne sait pas encore expliquer les causes. Pour l’instant, aucune étude n’a pu le faire à ce jour.

Fatigue accumulée, dette du sommeil et horloge déréglée!

Vous connaissez tous ce phénomène, un genre de mou intégral qui vous prend et que vous ressentez profondément en fin de semaine. Comme si votre corps vous rappelait à l’ordre car vous l’avez quelque peu malmené: hyper productivité, stress au travail, malbouffe, émotions négatives, sédentarité.

C’est le contrecoup de l’épuisement de la semaine : 30% de la population sont en dette de sommeil en semaine (selon une étude faite à l’INSERM en France)

Nous n’avons pas le choix face à la sédentarité et la vie moderne et de ce fait notre métabolisme mobilise toutes ses ressources. Le cerveau libère l’hormone du stress qui nous aide à rester concentrés, malgré notre épuisement. Le week-end venu, on est des zombies et nous dormons littéralement debout, pour peu que l’on ne puisse faire la grasse matinée.

Attention guérir la fatigue ce n’est pas dormir qu’une nuit!

La fatigue se soigne par une vraie période de repos, pas par une seule nuit de sommeil. Qu’on se le dise et bien souvent, nous vivons même un décalage entre notre rythme de vie et notre horloge biologique.

Un grand écart impossible à gérer, car il s’agit de deux mécanismes réglant la durée et la qualité du sommeil; l’un déclenche l’endormissement, l’autre le réveil.

L’idée serait de permettre à ces deux mécanismes de se rejoindre et d’être en phase!

Dans le cas contraire, c’est un dérèglement assuré, car si l’on continue de dormir alors que le corps est programmé pour se réveiller tôt depuis cinq jours, on sera fatigué au réveil car l’organisme se sera déjà remis en route. Même principe quand on force le corps à démarrer alors qu’il est programmé pour dormir.

Reconnaitre les phases du sommeil

Le sommeil se fait en plusieurs phases et selon la phase du sommeil où l’on se réveille on va déterminer la qualité de notre réveil. Le sommeil est divisé en quatre périodes: l’endormissement, le stade lent-léger, le lent-profond (généralement considéré comme le plus important, celui du repos complet) et le sommeil paradoxal.

Si la fatigue se soigne par le repos, le manque de sommeil se règle, lui, grâce à une nuit réparatrice. À ne pas confondre. Si l’on reste sous la couette pendant 10 heures mais que ces heures de sommeil ne sont pas de bonne qualité, le réveil sera malgré tout difficile.

Que faire en cas de décalage de l’horloge biologique?

Pour remettre les pendules à l’heure, la seule solution est de stimuler l’horloge biologique dans la journée: il faut continuer à faire ses activités et s’exposer à la lumière naturelle pour se maintenir éveillé et faire du sport. Le sommeil n’en sera qu’amélioré plus tard.

Quand la fatigue devient asthénie

Pour Hippocrate, l’asthénie est “la condition la plus voisine de la maladie”. Elle est à la fois un symptôme, un signe et une maladie.

Quand un patient vient me voir pour un problème de fatigue, de vitalité, durant mon entretien d’anamnèse je m’intéresse au travers de mes casquettes de Sophrologue analyste et de naturopathe aux causes globales. Car j’ai avant tout une lecture holistique des troubles de santé. Ici je suis avant tout une éducatrice à la santé et je ne fais pas de diagnostic mais j’étudie les racines et les causes du problème. Je ne vais pas soigner le symptôme du problème, ce n’est pas mon rôle, je ne marche pas sur les platebandes de la médecine allopathique. S’il y a suspicion d’un problème organique, j’oriente vers un médecin ou un praticien en médecine allopathique.

Cependant, je distingue la fatigue physiologique de l’asthénie physique ou psychogène. La fatigue physiologique est celle qui survient après un effort physique ou intellectuel intense. Le corps exprime le besoin d’un repos physique ou du besoin de sommeil. C’est une réponse physiologique normale.

Ici il s’agit d’une fatigue normale.

Pas mal de facteurs dans notre vie y contribuent, le décalage horaire, un sommeil insuffisant ou un surmenage, peuvent également en être la cause. Et là les médecines douces comme la naturopathie et la sophrologie peuvent aider.

Quand la fatigue ne part pas et qu’elle s’installe même après le repos,l’asthénie survient.

Reconnaitre l’asthénie est important, il s’agit d’une multitude de symptômes dont des douleurs musculaires dues à l’accumulation d’acide lactique et d’ammonium dans les muscles.

Asthénie physique et asthénie psychogène

Entre eux, la frontière est fine, et il faut rester dans la vigilance justement, car c’est difficile à distinguer.

Une asthénie physique peut engendrer une asthénie psychique. Les deux peuvent être intriquées ou secondaires l’une à l’autre. Plus globalement, une fatigue à caractère récent, aggravée par l’effort et sans modification majeure de l’état mental, permet d’orienter la recherche diagnostique vers une cause organique.

Une fatigue à prédominance matinale accompagnée de troubles de l’humeur ou d’anxiété sera plutôt évocatrice d’une asthénie psychique.

Il est important ici d’orienter la personne qui vient à nous d’abord vers son médecin, pour comprendre si ce dernier vit une asthénie à prédominance matinale, ou continue, et l’effet du repos sur ce dernier. D’autres événements, peuvent y concourir comme la prise de médicaments ou de substances toxiques, des antécédents médico-chirurgicaux, la qualité du sommeil et le caractère isolé ou associé à d’autres manifestations (insomnie, céphalées, anxiété, amaigrissement, fièvre, toux, ictère, arthralgies….) et là, la médecine douce reste en retrait en l’absence d’un diagnostic.

Ici un examen clinique qui ne sera pas du ressort des médecines douces mais de l’allopathique, devra se faire, avant d’envisager une prise en charge par la médecine alternative. Il est important pour nous les thérapeutes d’œuvrer en parallèle qu’en soin de support. Et pour cela nous devons être surs que les causes étiologiques sont connues et ont permis un diagnostic approprié.

Les types de pathologies révélés par l’asthénie sont vastes, et même si 80% des asthénies sont considérées comme fonctionnelles, c’est-à-dire sans cause organique, certaines peuvent mettre en jeu le pronostic vital.

L’examen clinique en médecine allopathique

L’examen clinique complètera un interrogatoire minutieux, et les résultats des investigations complémentaires, si la prescription a été jugée nécessaire, permettront d’établir un diagnostic étiologique. Mais il semblerait que l’asthénie trouve sa racine aussi dans diverses pathologies.

En effet, dans la majorité des cas, l’asthénie peut aussi être le seul signe évocateur d’une maladie infectieuse comme l’hépatite, la mononucléose infectieuse, l’herpès, le sida, la tuberculose, l’endocardite… de maladies endocriniennes (troubles de la glycémie, dysthyroïdies, insuffisance surrénalienne…), d’insuffisances cardiaques, respiratoires ou hépatiques. Dans les cas de cancers ou de pathologies inflammatoires, l’asthénie est également associée à d’autres symptômes.

Les pathologies du sommeil

Elles y contribuent aussi. Et elles sont nombreuses telles que le syndrome d’apnée du sommeil ou des formes incomplètes d’hypersomnie de la narcolepsie sont aussi responsables d’une asthénie à caractère diurne.

Les dysfonctionnements de l’unité motrice propres à certaines pathologies neurologiques périphériques et musculaires (myasthénies, myopathie motochondriale, glycogénose) sont parfois exprimés par un sentiment de fatigue isolé. Elles se caractérisent par une fatigabilité musculaire. Des affections neurologiques centrales, comme la sclérose en plaques, le syndrome parkinsonien et le syndrome démentiel sont également responsables d’asthénie. Dans ces derniers cas, le diagnostic est plus subtil à établir. Chez les patients âgés, la plainte de fatigue accompagne souvent une déshydratation, une hypothyroïdie, une anémie ou une dépression sénile qu’il convient de considérer.

Examens complémentaires à faire faire par votre médecin

Si la fatigue persiste et en l’absence d’orientation diagnostique à l’issue de votre consultation médicale, des examens paracliniques sont aussi possibles.

Ils comprennent : NFS, CRP et/ou VS pour détecter une anémie, une perturbation de la formule sanguine ou un syndrome inflammatoire, ferritinémie, transaminases, créatinine, glycémie à jeûn, TSHus, T4 libre, électrophorèse des protéines sériques, calcémie, CPK, cortisolémie, dosage des Ac antinucléaires, ionogramme sanguin et bandelette urinaire. Une radiographie du thorax et une échographie abdomino-pelvienne pourraient compléter le bilan biologique.

Si les résultats sont bons, adoptez une bonne hygiène de vie pour rebooster votre métabolisme

Des repas équilibrés, limitez votre consommation d’excitants comme le thé ou le café, le respect du temps de sommeil et la pratique d’une activité sportive à la prescription d’anti-asthéniques.

Si la fatigue persiste, des examens paracliniques pourront être répétés à distance car il faudra rester constamment en alerte.

Où peut-on rencontrer l’asthénie?

Cette liste n’est pas exhaustive, toujours vous référer à votre médecin.

Grossesse, ménopause, manque de sommeil, surmenage personnel ou professionnel, sportif, transport en commun excessif, malnutrition, régime amincissant carentiel. Amènent l’asthénie

Des maladies infectieuses également : hépatite virale, herpès, virus, infection à VIH, parvovirus B 19, parasitoses, tuberculose, endocardites, brucellose, maladie de Lyme…

On peut la rencontrer dans les maladies endocriniennes et métaboliques

  • Troubles de la glycémie, dysthyroïdies, hyperparathyroïdie, hypopituitarisme, insuffisance surrénalienne, hypercorticisme, insuffisance rénale.
  • Maladies neurologiques : périphériques et musculaires : myasthénie, myopathie débutante ;
  • Centrales : SEP, syndrome parkinsonien, syndrome démentiel ;
  • Pathologies du sommeil : horaires de travail incompatibles avec les propriétés de l’horloge biologique, changements rapides de fuseau horaire, syndrome d’apnées du sommeil ;
  • Difficultés d’endormissement et réveils précoces.
  • Néoplasies : cancers digestifs, du pancréas, du rein.
  • Hépatopathies : hépatopathies chroniques, hémochromatose.
  • Maladies hématologiques : anémies, lymphomes, leucémies aiguës et chroniques, myélome.
  • Cardiopathies : h ypotension artérielle, insuffisance cardiaque.
  • Maladies inflammatoires : polyarthrite rhumatoïde, LED, vascularites, SPA, Gougerot Sjögren, granulomatoses systémiques…

La souffrance psychique amène aussi l’asthénie

Dépression, troubles anxieux, troubles de la personnalité.

Syndromes particuliers : fibromyalgie (syndrome poly algique idiopathique diffus), fatigue chronique.

Comment les médecines douces peuvent aider

Le manque d’énergie et la fatigue nous renvoient souvent à notre qualité de vie. La sédentarité, l’absence d’exercice, la malbouffe, les mauvaises habitudes de sommeil, l’excès de poids, trop de café, l’anémie, la dépression etc

Êtes-vous anémique ?

Un régime pauvre en fer est souvent la cause de la sensation de fatigue. Les végétariens et les végétaliens qui ne consomment pas de viande rouge peuvent avoir une carence en fer,. Les femmes sont particulièrement sujettes à l’anémie : des menstruations importances associées à un régime pauvre en fer peuvent provoquer l’anémie. Révisez donc votre alimentation et prenez des aliments contenant du fer.

La dépression et le mal de vivre

Effet secondaire bien connu, la fatigue est connue pour ses effets sur nous, soit la la perte d’appétit, l’augmentation du poids, l’anxiété et la perte d’intérêt pour la libido. Si vous croyez que vous vivez un épisode dépressif, parlez-en à votre médecin. Vous pouvez aussi ajouter à votre régime des aliments qui contribuent à améliorer l’humeur.

Un début de diabète

Par prévention, toute personne de plus de 40 ans doit faire vérifier son niveau de sucre au moins tous les trois ans.

Un nouveau médicament

La prise de certains médicaments ont des effets secondaires amenant la fatigue comme : les antihypertenseurs, les narcotiques, les tranquillisants et les antidépresseurs. Lorsque vous prenez un nouveau médicament, laissez un peu de temps à votre organisme. Si la somnolence persiste, consultez votre médecin.

Augmentez votre énergie avec des méthodes saines et balayez votre stress !

Avec des méthodes saines

Mangez équilibré, dormez avec régularité, ne consommez pas trop d‘alcool, faites de l’exercice et du plein air. N’hésitez pas à faire appel à des thérapeutes comme nous, pour vous accompagner à retrouver une bonne hygiène de vie, un bon sommeil, à évacuer le stress et les pensées et émotions parasites. Les Fleurs de Bach mais aussi la phytothérapie et l’aromathérapie seront aussi de précieuses alliées au quotidien.

Nous travaillons en parallèle avec la médecine allopathique, avant de faire appel à nous, veuillez consulter votre médecin et faire les bilans nécessaires pour écarter toute origine organique à votre problème. Nous nous travaillerons sur l’amélioration de votre stress, de vos troubles émotionnels et manque de vitalité. Mais nous nous substituons pas à la médecine conventionnelle. Cet article n’est pas un diagnostic mais propose des pistes et offre des conseils en d’éducation à la santé.

Retrouvez les conseils de Fériel Berraies Thérapeute : www.feriel-berraies-therapeute.com

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.