MAROC
15/05/2019 16h:16 CET

Facebook impose de nouvelles restrictions sur la diffusion de contenus violents en ligne

Suite à l'attentat de Christchurch.

SOPA Images via Getty Images

FACEBOOK - Le réseau social Facebook a annoncé la mise en place de nouvelles restrictions sur l’usage de son service de retransmission de vidéo en direct après que la plateforme a été critiquée pour la diffusion de contenus violents, notamment lors du massacre de Christchurch en Nouvelle-Zélande. 

L’entreprise a indiqué, mardi 14 mai dans un communiqué, que quiconque viole certaines règles relatives à la retransmission de contenus sur Facebook Live sera temporairement banni du service pour 30 jours pour la première infraction, alors que les multirécidivistes risquent d’être bannis à vie de Facebook.

“Après les terribles attentats terroristes en Nouvelle-Zélande, nous avons examiné ce que nous pouvions faire de plus pour empêcher que nos services ne soient utilisés pour causer du tort ou propager de la haine”, a écrit le vice-président de l’intégrité de Facebook, Guy Rosen.

Cette annonce coïncide avec une réunion à Paris sur le rôle des grandes plateformes numériques dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, en présence notamment de la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern et le président français Emmanuel Macron.

Mercredi, les deux responsables devraient signer “l’appel de Christchurch”, qui vise à fixer de nouvelles limites à la diffusion de contenus violents et extrémistes en ligne.