ALGÉRIE
13/08/2019 09h:44 CET

Face aux sanctions US, l’Iran se promet de réduire à zéro sa dépendance budgétaire du pétrole

Ces sanctions, qui avaient été suspendues suite à la signature de l’accord nucléaire réduisant la production iranienne d’uranium enrichi, ont été rétablies suite à la dénonciation de cet accord par Donald Trump. Elles comprennent un embargo sur les ventes de pétrole iranien mais concernent aussi les secteurs de l’aéronautique et des mines.

Dan Kitwood via Getty Images

L’Iran entend restructurer son budget de façon à réduire à zéro sa dépendance des revenus du pétrole, a déclaré hier, Mohammad-Bagher Nobakht, chargé du plan et de l’organisation du budget au sein du gouvernement iranien.

Cette déclaration, rapportée par Mehr News Agency, a été faite lors d’une première réunion consacrée élaboration de la structure du budget iranien pour la prochaine année fiscale, laquelle commence en Iran le 20 mars.

Selon Mehr News Agency, cet important membre du gouvernement iranien a déclaré lors de cette réunion : “Vu ces temps durs de sanctions [économiques américaines, NDLR], nous serons privés d’importantes ressources budgétaires. Il est, par conséquent, nécessaire de s’assurer que les réformes de la structure du budget de l’année prochaine est en mesure de réduire à zéro la dépendance [de l’Iran] des revenus pétroliers.”

“Pour la première fois, nous avons franchi une importante étape vers la réforme de la structure du budget du pays”, a souligné Mohammad-Bagher Nobakht, précisant que même dans des circonstances normales, l’Iran œuvrerait à réduire sa dépendance des revenus des hydrocarbures.

L’Iran fait face depuis 2018 à de lourdes sanctions américaines. Ces sanctions, qui avaient été suspendues suite à la signature de l’accord nucléaire réduisant la production iranienne d’uranium enrichi, ont été rétablies suite à la dénonciation de cet accord par l’administration de Donald Trump.

Les sanctions US contre l’Iran comprennent, pour rappel, un embargo sur les ventes de pétrole mais concernent aussi les secteurs de l’aéronautique et des mines.

En octobre 2018, saisie par l’Iran la Cour internationale de justice a considéré comme étant illégales celles empêchant l’importation par l’Iran de biens nécessaires ”à des fins humanitaires”. Les Etats-Unis, eux, ne reconnaissent pas à cette juridiction de compétence en la matière.