TUNISIE
31/08/2018 15h:37 CET

Face aux menaces, l’extrême droite néerlandaise annule son concours de caricatures du prophète

L’évènement, prévu pour le mois de novembre, a été annulé par le député, évoquant “la violence islamique” face à l’initiative.

DANIEL LEAL-OLIVAS via Getty Images

L’annonce en juin par Geert Wilders, leader du parti de la liberté aux Pays-Bas, de la création d’un concours de caricatures du prophète avait créé un véritable tollé. L’évènement, prévu pour le mois de novembre, a été annulé par le député, évoquant “la violence islamique” face à l’initiative.

L’ homme politique aux durs propos sur l’islam a rendu publique sa décision jeudi soir, dans un communiqué: “Afin d’éviter tout risque de victimes de la violence islamique, j’ai décidé d’annuler le concours”. “Il ne s’agit pas que de ma propre sécurité, les Pays-Bas sont pris pour cible”, a-t-il précisé.

Dans la même journée, un jeune homme pakistanais de 26 ans avait comparu devant le tribunal, soupçonné de “menaces à des fins terroristes, d’avoir planifié de commettre un meurtre et d’incitation à la révolte”, a détaillé le ministère public néerlandais. Dans une vidéo publiée sur Facebook, le jeune homme appelait au soutien des musulmans et évoquait sa volonté d’attaquer Wilders, déjà sous protection policière depuis des années, au sein du parlement.

Mark Rutte, Premier ministre néerlandais, a pour sa part qualifié le concours d’irrespectueux et de provocateur, tout en précisant que Wilders était en droit de l’organiser, au nom de la liberté d’expression.

Les Pays-Bas ne sont pas le seul pays ou le mécontentement de la communauté musulmane s’est fait entendre: au Pakistan, plus de 10.000 personnes ont défilé dans la rue, brûlant des drapeaux sur lesquels figuraient Geert Wilders, pour appeler Imran Khan a couper les relations diplomatiques avec les Pays-Bas. En Afghanistan, le porte-parole des Talibans a appelé les soldats afghans à attaquer les troupes néerlandaises, présentes dans le pays sous l’aile de l’OTAN.

L’annulation du concours est “une grande victoire morale pour la nation musulmane”, a déclaré Shah Mehmood Qureshi, ministre des Affaires étrangères pakistanais, ajoutant qu’une “crise majeure” venait d’être évitée.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.