TUNISIE
11/06/2019 12h:11 CET | Actualisé 11/06/2019 12h:13 CET

Face aux incendies, la Synagri appelle à l'instauration d'une police agricole

Une proposition effectuée il y a 2 ans par la Synagri au gouvernement et à l'ARP, restée sans suite...

Stephen Pennells via Getty Images

Le président du Syndicat des Agriculteurs de Tunisie (Synagri) Karim Daoud a appelé, lundi, à l’instauration d’une police agricole afin de protéger les récoltes contre les incendies, une demande déjà présentée à l’Assemblée des représentants du peuple.

“Les incendies qui touchent le secteur agricole sont très dangereux. C’est une grande catastrophe pour le pays, pour les agriculteurs et pour la production nationale” a-t-il affirmé déplorant le fait qu’il n’existe pas de “Police agricole” capable de protéger les récoltes.

“La Synagri a proposé il y a deux ans à l’Assemblée des représentants du peuple et au gouvernement, la création d’une police agricole qui veille sur les fermes et les champs dans les zones rurales” a expliqué Karim Daoud.

“Tout comme nous avons aujourd’hui, une police de l’environnement dans les villes, nous demandons une police agricole dans les zones rurales” a-t-il conclu.

Depuis plusieurs jours, la Tunisie est confrontée à plusieurs incendies touchant les récoltes et les forêts.

Invité de la matinale de Shems Fm, mardi, Ghazi El Arbi, directeur à la protection civile, a affirmé que 427 incendies de forêts, de champs agricoles et d’arbustes ont été enregistrés entre le 04 et le 10 juin soit une hausse de 80% par rapport à la même période de l’année dernière.

Au total, c’est 623 hectares qui ont connu des dommages contre 123 hectares durant la même période de l’année 2018, dont 514 hectares de grandes cultures. 

 

De son côté, le ministre de l’Agriculture Samir Taieb a annoncé, lundi, l’usage de drones afin de surveiller les récoltes dans le pays, et ce suite à une multiplication des incendies dans plusieurs gouvernorats.

Si certains évoquent la piste criminelle face à ces incendies, d’autres les attribuent aux conditions climatiques et à la vague de chaleur traversée par le pays depuis jeudi. Des enquêtes ont été ouvertes par le ministère de l’Intérieur.

 
 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.