MAROC
08/06/2018 17h:25 CET | Actualisé 08/06/2018 17h:28 CET

Pour lever toute confusion, le PJD indique n'avoir reçu aucune demande de démission de Lahcen Daoudi

La démission a bien été déposée mais auprès du chef du gouvernement.

PJDma

PARTIS - Confusions. La démission annoncée mercredi de Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, mérite des précisions, à en croire le secrétariat général du PJD. Au lendemain de son premier communiqué, le parti en a publié un second, dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 juin. Objectif: préciser que “le secrétariat général n’a reçu aucune demande de démission des fonctions ministérielles de la part de Lahcen Daoudi”, contrairement à ce que laisse croire son premier communiqué dans lequel il déclare apprécier que Daoudi “assume sa responsabilité en déposant sa démission de ses fonctions en tant que ministre”.

La démission a bien été déposée mais auprès du chef du gouvernement, conformément à la constitution, tient ainsi à souligner le PJD suite à “des accusations” portées par certains analystes dans les médias, estimant que le parti a violé la procédure légale de toute démission d’un membre du gouvernement. Dans son article 47, la constitution stipule que c’est “le chef du gouvernement qui peut demander au roi de mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement du fait de leur démission individuelle ou collective”.

Le secrétariat général du parti insiste aussi sur le fait de n’avoir pas débattu de la démission de Lahcen Daoudi, parce qu’il “n’est pas habilité à le faire”, indique-t-il dans son communiqué. Et d’ajouter que la question “n’a pas été non plus programmée à l’ordre du jour de ses travaux ni aux réunions de ses membres”. 

Le PJD conclut son communiqué en précisant qu’il “veille au respect des compétences des institutions constitutionnelles et à l’application des articles de la constitution”. 

Dans une réunion extraordinaire, tenue mercredi, sous la présidence de Saad Eddine El Othmani, le PJD a estimé que la participation de Lahcen Daoudi à un sit-in des employés de la société Centrale Danone relève d’un “comportement inapproprié”.Toutefois, le parti de la lampe s’est opposé à “certaines déclarations contraires à la liberté d’expression émises par certains militants du parti contre Lahcen Daoudi”.