LES BLOGS
04/01/2019 15h:26 CET | Actualisé 04/01/2019 15h:26 CET

Exploitation sexuelle des enfants: Un drame intolérable

Les enfants, victimes d’exploitations sexuelles, subissent des traumatismes physiques et psychiques importants.

MarijaRadovic via Getty Images

L’exploitation sexuelle des enfants est un fait divers intolérable et pourtant…

Plusieurs millions d’enfants et d’adolescents sont prostitués ou exploités sexuellement à travers le monde. C’est avant tout un drame de pauvres. Même si l’on rencontre sur tous les continents des pédophiles, la très grande majorité des enfants prostitués et exploités sexuellement se trouvent dans les pays du tiers-monde ou dans les catégories sociales très défavorisées des pays riches. La majorité de ces jeunes a entre 12 et 18 ans, mais certains ont à peine 8 ans et même des bébés sont parfois impliqués.

Définir l’exploitation sexuelle de l’enfance

L’exploiteur sexuel est celui qui “profite injustement d’un certain déséquilibre du pouvoir entre lui et une personne âgée de moins de 18 ans en vue de l’exploiter sexuellement dans l’attente soit d’un profit, soit d’un plaisir personnel”.

Cette définition, formulée par le premier Congrès mondial de Stockholm (1996) sur l’exploitation sexuelle des enfants et reprise par celui de Yokohama en 2001, a permis d’articuler trois axes autour de l’exploitation sexuelle: l’abus sexuel, la violence sexuelle et l’exploitation sexuelle à des fins commerciales.

L’abus sexuel

L’abus sexuel est réalisé par une personne qui possède une certaine autorité sur l’enfant, que ce soit un membre de sa famille, de sa communauté, un enseignant, ou encore un membre de l’autorité. Les enfants vulnérables et sans défense sont les premières victimes de cet abus de pouvoir réalisé par les adultes.

La violence sexuelle

L’Organisation Mondiale de la Santé définie la violence sexuelle comme suit “tout acte sexuel, tentative, pour obtenir un acte sexuel, commentaire ou avances de nature sexuelle, ou acte visant à un trafic ou autrement dirigés contre la sexualité d’une personne en utilisation la coercition commis par une personne indépendamment de sa relation avec la victime”.

L’exploitation sexuelle à des fins commerciales

Le commerce du sexe est aujourd’hui encore, bien présent dans de nombreux pays. Ce commerce étant illégal et pouvant s’illustrer par différentes formes, il est très difficile de le chiffrer.

L’expression “exploitation sexuelle à des fins commerciales” peut désigner la soumission d’enfants à des exploitants, des groupes de mafias, etc, qui les obligent à entretenir des relations sexuelles en échange d’une rémunération. Bien souvent, les enfants ne gagnent pas cet argent qui est à destination de l’exploitant.

Dans le cas de la traite des enfants, ces derniers sont recrutés, transportés, hébergés pour être soumis à l’exploiteur sexuel, qui les forcera à travailler dans le domaine du sexe, par exemple dans des maisons closes où ils se prostitueront.

Pour ce qui est de la pornographie d’enfants, certains exploiteurs n’hésitent pas à mettre en scène des enfants nus afin de publier des photos ou vidéos d’eux qui pourront leur rapporter de l’argent.

Enfin, le commerce du sexe est très présent dans le cadre du tourisme. De nombreux hommes ou femmes étrangers n’hésitent pas à se rendre dans des pays tels que la Thaïlande afin d’avoir des relations sexuelles avec des enfants.

État des lieux dans le monde

Chaque seconde: un enfant est violé, torturé ou abusé dans le monde

En Asie : plus d’1 million d’enfants sont exploités sexuellement.

L’Inde est le pays asiatique le plus touché avec plus de 400.000 enfants répertoriés.

Aux États-Unis: plus de 300 000 enfants sont concernés par ce fléau.

En Afrique du Sud : environ 30.000 se prostituent.

Ces données ne sont que des estimations, car il est très difficile d’obtenir les chiffres exactes d’enfants victimes d’exploitations sexuelles.

Les facteurs propices à l’exploitation sexuelle des enfants

– la pauvreté : les enfants pauvres sont plus vulnérables que les autres, et se dirigent alors facilement vers les exploiteurs sexuels croyant qu’ils leur trouveront un emploi décent et rémunéré.

– réseaux de trafiquants : le développement des technologies de communication, telles que les téléphones portables et Internet, permet une large diffusion des informations dans le monde entier. Ainsi, les réseaux de trafiquants transfrontaliers se développent, ainsi que l’échange d’enfants, et ce aux quatre coins du globe.

– crises humanitaires : liées à des conflits ou à des catastrophes naturelles, elles aggravent la situation des enfants. Désemparés, parfois orphelins, ces derniers luttent chaque jour pour survivre et sont alors des proies faciles pour les exploitants sexuels.

– développement mondial de l’industrie du sexe : ce développement entraîne une augmentation des formes d’exploitation sexuelle ainsi qu’un élargissement géographique de chacune d’elles.

Les conséquences psychosociales

Les enfants, victimes d’exploitations sexuelles, subissent des traumatismes physiques et psychiques importants. Ils ont été dans la contrainte ils ont été forcés et cela les rend vulnérables. Souvent c’est le  traumatisme consécutif à ce qu’ils ont subi qui leur  fait perdre toute confiance envers les adultes et leurs promesses. Ils se sentent alors délaissés, rejetés de la société. Ils sont trahis par l’humanité.

Leurs corps subit aussi des séquelles non négligeables

Les conséquences se répercutent aussi sur l’état physique de l’enfant. En effet, forcés à avoir des relations sexuelles, ils sont  vulnérables aux maladies sexuellement transmissibles tel que le virus du SIDA. Par ailleurs, les jeunes filles peuvent tomber enceinte suite à ces violences. Souvent, elles doivent affronter leur grossesse seules et désemparées. A cet âge, cela constitue un véritable risque pour la santé de la mère et de son bébé.

Que faire? Faire appliquer l’arsenal juridique existant !

Pour lutter contre cette violence il faut faire appliquer aux États l’Art 34 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant doivent s’engager à protéger l’enfant contre toutes les formes d’exploitation sexuelle et de violence sexuelle.

Des efforts en matière d’information et de prévention

La visiblité et la médiatisation sur l’existence de ces exploitations sexuelles doivent être fournis. En effet, l’exploitation sexuelle est un tabou et le silence sur ces pratiques touchent toutes les sociétés, partout dans le monde.

L’Education un rempart possible à l’exploitation

L’Education joue un rôle crucial. Car, même au milieu du chaos, elle peut restaurer un certain degré de stabilité et de normalité pour les enfants. Une amélioration sensible a été opérée depuis 20 ans et le nombre d’enfants non scolarisés est passé de 115 millions à 93 millions.

L’écart entre le nombre de filles scolarisées et les garçons s’est considérablement réduit. Une amélioration qu’il faut cependant relativiser par le taux d’achèvement des études qui reste très insuffisant. L’éducation offre une occasion unique de transmettre aux enfants des messages de survie sur des questions aussi vitales que la prévention du sida et la sensibilisation aux dangers qui les menacent. L’éducation peut aussi permettre de semer la paix et la justice partout dans le monde.

Les droits de l’enfant, une obligation pour l’avenir des sociétés

24 % des jeunes de 13 à 18 ans, à peine un sur quatre, ont déjà entendu parler de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE). Ainsi, on parle de moins en moins de droits de l’enfant, sauf quand l’actualité les ramène sur le devant de la scène (pédophilie, maltraitance…), et parfois à tort et à travers (mariage pour tous, “Djihad”).

En conclusion :

Qu’importe les fatalités, les turpitudes de ce monde, les inégalités les crises géopolitiques, l’enfant a des droits !

Et la convention internationale des droits de l’enfant reconnait d’emblée que l’enfant est  un être humain à part entière qui n’appartient à personne et  que la société doit protéger !

En effet, comment un enfant peut-il respecter une règle, une loi venant d’un groupe, d’un Etat qui ne le respecte pas voire qu’il le dénie totalement ou qui l’exploite honteusement ? C’est pourquoi, en ces temps compliqués, il est plus que jamais nécessaire de mieux promouvoir les droits de l’enfant et la Convention Internationale auprès des enfants eux-mêmes.

Pour éradiquer ce fléau de l’exploitation sexuelle infantile, il faut plus que jamais permettre le renforcement de l’arsenal répressif, amener une réelle prise de conscience des populations et des campagnes d’information en direction des enfants qui sont dans les catégories vulnérables.

Ce n’est pas une question mineure, que de protéger l’enfant et pour cela avant même d’évoquer son intégrité physique, il faut rappeler qu’il a  droit à la santé, à un nom, à une nationalité, à l’éducation, aux loisirs, à la culture, et qu’il est le citoyen de demain, celui qui construira nos sociétés à venir.

Retrouvez les conseils de Fériel Berraies Thérapeute: www.feriel-berraies-therapeute.com

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.