MAROC
05/11/2018 12h:50 CET

Exclusif: Le Centre Pompidou suspend la présentation polémique d'un livre pro-Polisario

Et souligne une "instrumentalisation politique".

poludziber via Getty Images

POLÉMIQUE - On a frôlé l’incident diplomatique. Le Centre Pompidou a réagi à la polémique concernant la présentation d’une pseudo-exposition pro-Polisario. Dans un message envoyé au HuffPost Maroc, le lieu culturel parisien dément qu’il s’agisse d’une exposition mais “de la simple présentation d’un livre d’artistes au sein d’une salle des collections permanentes du musée”, présentation suspendue comme l’annonce à notre rédaction le Centre Pompidou. 

“Nous avons constaté ces derniers jours une forme d’instrumentalisation politique de la seule présentation de ce document”, nous indique la direction communication du Centre, ajoutant qu’“il n’est manifestement pas possible de le présenter au public sans l’accompagner d’un appareil critique et d’une médiation spécifique, ce qui n’était pas l’objet ici. Nous avons donc décidé de suspendre sa présentation”.

“Cet ouvrage, intitulé ‘Necessita dei volti’, a été réalisé par un collectif d’artistes principalement italiens. Il comporte un ensemble de photographies réalisées à partir d’archives consacrées aux années de conflit dans le Sahara occidental détenues par un musée algérien. Il est entré dans la collection de photographies du Centre Pompidou et a déjà été présenté au public en 2012”, indique par ailleurs la même source à notre rédaction. 

“Il était temporairement présenté en contrepoint d’un film d’une artiste daghestanaise sur la difficulté de transmettre son patrimoine dans son pays. Ces deux œuvres très différentes se rattachent à une problématique commune: les archives et le traitement patrimonial dans la création contemporaine”.

Consternation et incompréhension

La décision intervient quelques jours après l’envoi d’un courrier de Mehdi Qotbi, président de la Fondation des Musées (FNM) à Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou. Dans ce courrier daté du 2 novembre et dont le HuffPost Maroc détient copie, Mehdi Qotbi écrit: “Au Maroc, c’est la consternation dans les milieux artistiques et politiques tellement le Centre est placé en haute estime. C’est une incompréhension réelle sur la motivation de votre institution à participer à la propagande d’un mouvement séparatiste financé notoirement par l’Algérie”.

L’affaire avait éclaté vendredi dernier suite à la parution d’une dépêche de l’agence de presse algérienne APS, intitulée “Le Centre Georges-Pompidou consacre une galerie à la lutte du peuple sahraoui” et annonçant qu’une galerie du Centre “expose des photos récupérées chez des éléments des Forces armées marocaines, faits prisonniers de guerre par l’Armée populaire de libération sahraouie (ALPS), à l’issue de la guerre ayant opposé le Sahara Occidental et les Forces armées marocaines, lors de leur invasion de cette région”.