MAROC
21/05/2019 15h:27 CET

Eurovision: Une danseuse de Madonna interrogée en Israël pour avoir porté le drapeau palestinien sur scène

La danseuse norvégienne d'origine marocaine, Mona Berntsen, portait une veste ornée du drapeau palestinien lors de la prestation de Madonna à l'Eurovision.

Twitter/@paul_denton

EUROVISION - La finale de l’Eurovision 2019 s’est déroulée le week-end dernier à Tel Aviv. Malgré les efforts des organisateurs pour éviter tout commentaire politique pendant l’événement, le conflit israelo-palestinien s’est toutefois invité sur la scène.

L’une des invitées de cette édition n’était autre que Madonna. À cette occasion, cette dernière a repris sur scène son tube “Like a prayer” et dévoilé un nouveau titre en compagnie du rappeur américain Quavo et une troupe de danseurs. Prestation durant laquelle deux d’entre eux portaient, cousus dans le dos de leurs costumes, un drapeau palestinien et un israélien, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous:

La danseuse portant le drapeau palestinien est Mona Berntsen, artiste norvégienne d’origine marocaine. Dans un post Instagram, depuis supprimé mais repris par le site anglais NME, cette dernière affirme que “les heures qui ont suivi le spectacle ont été intenses, mais n’(avait) jamais imaginé (se) sentir surveillée de la façon dont (elle) l’(a) été”.

Au moment de l’enregistrement à l’aéroport de Tel Aviv, son passeport est en effet consulté par plusieurs personnes, dit-elle. “Puis j’ai été détenue pour un interrogatoire d’une heure et demie! J’ai dû leur raconter ma vie, les raisons pour lesquelles j’ai voyagé dans des pays arabes, ma relation à la religion, ma situation familiale, montrer l’emploi du temps détaillé de mon séjour, et expliquer exactement ce que je faisais et où je suis allée la dernière fois que je suis venue à Jerusalem il y a trois ans”.

Si le motif justifiant l’interrogatoire ne lui a pas été dévoilé, la danseuse établit un lien entre la prestation scénique délivrée samedi soir et cette expérience “intense” qui l’a menée à âtre interrogée par les autorités israéliennes: “Tout ça probablement parce que j’ai porté un drapeau dans le cadre d’une performance faisant référence à un conflit actuel, pour promouvoir la paix, l’unité et la liberté. Je ne peux même pas imaginer la surveillance et la répression auxquelles le peuple palestinien est confronté quotidiennement.”

Pour le journal britannique The Mirror, l’interrogatoire auquel a été confrontée la danseuse n’est pas rare et est commun aux voyageurs quittant Israël par le biais l’aéroport Ben Gourion à Tel Aviv.

Madonna, de son côté, ne s’est pas encore prononcée sur cette polémique. La chanteuse a cependant déclaré aux présentateurs de l’Eurovision, quelques instants avant de monter sur scène: “Nous ne devons jamais sous-estimer le pouvoir qu’a la musique pour rassembler les gens”, rapporte l’AFP.

De son côté, l’Eurovision Broadcasting Union (EBU), en charge de la diffusion de l’Eurovision, a condamné la présence de ce drapeau. “Cet élément de la performance ne faisait pas partie des répétitions qui avaient été réglées avec l’EBU et le diffuseur hôte KAN. Le concours Eurovision de la chanson n’est pas un événement politique et Madonna en avait été informée”, affirme le communiqué du diffuseur. 

Ce drapeau-là est toutefois loin d’être la source de la plus grande polémique de la soirée. Le groupe islandais Hatari s’est en effet attiré les huées de l’assistance en agitant des drapeaux palestiniens durant l’annonce des résultats. L’image a fait le tour du monde et est sans doute la plus commentée de la soirée.

“L’Islande vient de se faire huer pour avoir soulevé le drapeau palestinien”