TUNISIE
21/05/2018 09h:51 CET | Actualisé 21/05/2018 13h:07 CET

Vous êtes Tunisiens et vous souhaitez poursuivre vos études gratuitement à Harvard? C'est possible!

Bonne nouvelle pour les étudiants tunisiens acceptés à Harvard !

janniswerner via Getty Images

Du rêve à la réalité! Étudier à Harvard est pour beaucoup de Tunisiens un but inatteignable. Très sélective et excessivement chère, la prestigieuse université américaine est hors de portée. L’année dernière près de 40 mille dossiers ont été déposés, seulement 2 mille ont été admis dont seulement 12% d’entre eux sont étrangers. 

Certes, les chiffres sont frustrants, mais accéder à cette université de renommée internationale n’a rien d’impossible.

En effet, “les frais de scolarité très élevés de Harvard ne sont plus un handicap pour les Tunisiens doués” explique la directrice administrative et du programme du bureau de Harvard à Tunis au HuffPost Tunisie.  

Selon elle, les jeunes bacheliers tunisiens auront la possibilité de bénéficier d’une bourse complète pour étudier à Harvard. Une chance qui s’offre à tous ceux qui ont prouvé leur compétence et leur aptitude pour étudier à Harvard mais faute de moyens financiers n’ont pas pu achever leur rêve. 

Elle a noté qu’un fonds initié par Belgacem Scholarship, se chargera de couvrir les frais d’études. “La seule condition pour avoir la bourse, c’est d’être accepté à Harvard” a-t-elle martelé.  

Datant de près de trois ans, cette bourse encourage les jeunes et les pousse à dévoiler leur potentiel caché. “Jusqu’à présent cinq Tunisiens bénéficient de cette bourse”, a-t-elle souligné en précisant que cette année personne ne l’a eue.

Une rencontre avec les étudiants, parents et conseillers pédagogiques et d’orientation, a été tenue samedi dernier au bureau de l’université à Tunis, axée sur les études du premier cycle à l’Université de Harvard, et ce en présence de Max Dikkers, responsable principal des admissions Harvard College.

“C’était impressionnant. Le débat était très intéressant” a-t-elle fait savoir en précisant que près de 300 personnes étaient présentes à l’événement. “Des rencontres avec des directeurs de lycées et des conseillers d’orientation ont eu lieu à l’issue de cet événement” a-t-elle ajouté. 

Pourquoi la Tunisie?

Mais pourquoi tout cet intérêt pour la Tunisie? La réponse est toute simple, a indiqué la responsable. Après la révolution, tous les yeux sont rivés sur la Tunisie pour mieux comprendre la situation et suivre l’évolution de la transition démocratique du pays, berceau du printemps arabe. “Avant la révolution, il n’y avait que trois chercheurs de Harvard qui s’intéressaient à la Tunisie, aujourd’hui ils sont plus de 3 mille” a-t-elle noté.

Par ailleurs, le centre de Harvard à Tunis ne se limite pas aux recherches et études d’ordres politique et juridique, mais se penche également sur les autres aspects de la société tels que l’art, la culture et le patrimoine. “Notre centre est pluridisciplinaire” a-t-elle précisé.  

Le centre a également pour rôle de remettre les chercheurs tunisiens sur la carte et créer un véritable hub d’échange.  

Ouvert depuis près d’un an et demi, le bureau de Harvard à Tunis qui cible initialement les post-doc s’intéresse, cette année, aux plus jeunes.  

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.