MAROC
10/11/2015 07h:59 CET | Actualisé 10/11/2015 08h:37 CET

Les étudiants en médecine soutiennent la grève des médecins internes et résidents en se joignant à "la grève des cachets"

Youssef Roudaby
Après avoir repris les cours, les étudiants en médecine entament la

MÉDECINE – Plusieurs jours après avoir mis fin au boycott des cours, les étudiants en médecine expriment leur soutien aux médecins internes et résidents qui maintiennent leur grève depuis début octobre. "Les étudiants en médecine ont promis de participer à l’ensemble de manifestations que nous organisons et portent des brassards noirs dans les différents centres hospitaliers au Maroc", nous révèle Younes Hammani, président de l’association des médecins internes et résidents de Fès et membre de la Commission nationale des internes et des résidents.

LIRE AUSSI: Les étudiants en médecine signent leur deuxième marche nationale

Dans un communiqué publié en début de semaine, les étudiants en médecine exerçant dans les centres hospitaliers du pays annoncent "une grève des cachets pour soutenir leurs confrères internes et résidents". "Cette mesure, qui consiste à ne pas cacheter les billets d’hospitalisation destinés à recevoir les patients de manière réglementaire, visent à compliquer la procédure à l’administration qui doit fournir plus d’efforts pour vérifier l’authenticité du document", nous explique Younes Hammani, qui souligne que "les ordonnances sont toujours délivrées mais ne sont pas cachetées non plus". "Un moyen de faire pression sur les administrations des hôpitaux sans léser les patients", justifie-t-il. Cette mesure concerne principalement les étudiants en 7ème année, qui exercent en tant que médecins internes dans les centres hospitaliers régionaux.

Néanmoins, les patients n’ont accès qu'à un service hospitalier réduit. De fait, les médecins internes et résidents maintiennent uniquement le service d’urgences et de réanimation lors des périodes de garde. Les activités comme les consultations, les opérations programmées, les explorations, fibroscopies ou encore colloscopies sont en effet gelées.

Pour faire entendre leurs voix, les médecins internes et résidents ont annoncé, à l’issue des assemblées générales, des sit-in d’une journée devant les différentes directions des hôpitaux. "Aujourd’hui, ce sera à Casablanca, demain à Rabat et Fès et Oujda organisent des sit-in jeudi et vendredi", nous annonce Younes Hammani.

Pour rappel, les principales revendications des médecins internes et résidents portent sur la hausse de leur rémunération. Actuellement, la rémunération des médecins internes et celle des médecins résidents bénévoles est fixée à 3.400 dirhams par mois. Les médecins résidents contractuels, eux, disposent d’un salaire mensuel de 8.600 dirhams par mois mais sont obligés de se soumettre à une affectation dans le secteur public pendant les huit ans suivant la fin de leur cursus de spécialisation.

Galerie photo La deuxième marche nationale des étudiants en médecine Voyez les images