ALGÉRIE
11/10/2018 14h:44 CET

Etats-Unis : Près de 60% des adolescents ont expérimenté une forme de cyber-intimidation

Une majorité d’adolescents américains, plus exactement 59%, “ont été victimes d’intimidation ou de harcèlement en ligne”, selon une étude de Pew Research Center (PRC).

audioundwerbung via Getty Images

Une majorité d’adolescents américains, plus exactement 59%, “ont été victimes d’intimidation ou de harcèlement en ligne”, selon une étude de Pew Research Center (PRC).

Si les insultes et la propagation de rumeurs “ont longtemps été un aspect désagréable de la vie des adolescents”, la “prolifération des smartphones et la montée des médias sociaux” rend ces formes d’intimidation plus dures à supporter. L’enquête de Pew Research Center, publiée le 27 septembre 2018, ” révèle que 59% des adolescents américains ont personnellement vécu au moins un des six types de comportements abusifs en ligne”.

Le “plus courant” parmi ces comportements abusifs est l’insulte que “42% des adolescents (interrogés) disent en avoir victimes en ligne ou via leur téléphone portable”. “En outre, environ un tiers (32%) des adolescents affirment avoir été victime de fausses rumeurs à leur sujet sur Internet” et “16% ont été la cible de menaces physiques en ligne”.

Moyens de “nouer et d’entretenir des relations”, les “textos et la messagerie électronique (sous toutes ses formes, ndlr)” peuvent aussi “conduire à des échanges potentiellement troublants et non consensuels”, ajoute l’étude. “Un quart des adolescents disent avoir reçu des images explicites qu’ils n’ont pas demandées, tandis que 7% affirment que quelqu’un leur a partagé des images explicites sans leur consentement”, note le document. Dans un sondage séparé réalisé par PRC “57% des parents d’adolescents se disent inquiets que leurs enfants reçoivent ou envoient des images explicites”.

L’enquête, menée entre mars et avril 2018, auprès de 743 adolescents (âgés de 13 à 17 ans) et 1.058 parents aux États-Unis, montre que des “pourcentages similaires de garçons et de filles ont été harcelés en ligne”, mais que les filles “sont plus susceptibles d’être la cible de messages explicites ou non-consensuels”.

Dans l’ensemble, explique l’étude de PRC, “60% des filles et 59% des garçons ont eu au moins un des six comportements violents en ligne”. Si, dans des proportions similaires, les garçons et les filles sont victimes d’injures ou de menaces physiques en ligne, “d’autres formes de cyber-intimidation sont plus courantes chez les filles”. “Quelque 39% des filles disent avoir été victimes de fausses rumeurs en ligne, contre 26% des garçons”.

“Les filles sont également plus susceptibles que les garçons de déclarer avoir reçu des images explicites non désirées (29% contre 20%)”.

Le temps passé sur Internet augmente l’exposition

“Outre ces différences entre les sexes, les adolescents issus de familles à faible revenu sont plus susceptibles que ceux issus de familles à revenu élevé de subir certaines formes de harcèlement en ligne. Par exemple, 24% des adolescents dont le revenu du ménage est inférieur à 30.000 $ par an affirment avoir été la cible de menaces physiques en ligne, contre 12% pour ceux dont le revenu annuel du ménage est de 75.000 $ ou plus”, rapporte le document.

“Cependant, les expériences des adolescents avec ces problèmes ne diffèrent pas statistiquement par la race ou l’appartenance ethnique, ni par le niveau de scolarité de leurs parents”, ajoute l’étude de PRC.

Un autre facteur entre en jeu : celui de la fréquence de connexion. “La probabilité que les adolescents soient confrontés à un comportement abusif varie également en fonction de la fréquence à laquelle ils se connectent. Quelque 45% des adolescents déclarent être en ligne presque constamment, et ces utilisateurs assidus risquent davantage de faire l’objet de harcèlement en ligne. Au moins 67% des adolescents en ligne sont presque constamment victimes de cyber-intimidation, contre 53% de ceux qui utilisent Internet plusieurs fois par jour ou moins. Ces différences s’étendent également à des types de comportement spécifiques. Par exemple, la moitié des adolescents qui utilisent Internet de manière quasi constante déclarent avoir été insultés en ligne, contre environ un tiers (36%) qui utilisent Internet moins fréquemment ”.

Selon l’étude, “environ six parents sur dix craignent que leur propre adolescent soit victime d’intimidation en ligne”, mais la plupart se disent “confiants” de pouvoir leur “inculquer un comportement acceptable” et des “conseils appropriés pour prendre de bonnes décisions en ligne”.