LES BLOGS
31/01/2019 13h:55 CET | Actualisé 31/01/2019 13h:55 CET

Et si la Tunisie revenait à ses "vraies" traditions?

Et si la Tunisie revenait à ses vraies traditions? Celles de la tolérance, rompue à l’exercice du “vivre ensemble” depuis des siècles, depuis la grande Carthage rayonnante?

Sombres, abyssales, affreuses, abjectes, déshonorantes... Voilà quelques-unes des réactions lues dans la presse internationale sur les violences subies par la communauté LGBT tunisienne ces dernières semaines.

Fait d’autant plus étonnant que la même Presse souligne à l’envi les progrès de la Tunisie, servis en exemple, en matière de démocratie dans le monde arabo-musulman. Il y a là, comme un paradoxe.

Paradoxe qui cache à peine une plus vaste hypocrisie, comme l’a souligné avec précision le reportage de la chaîne de télévision française M6 dans son émission “Enquête exclusive” qui a fait tant gloser bien au-delà de nos frontières...: “Amour et sexe au Maghreb”.

Comme souvent dans une situation de crise, de changements, d’évolution sociétale et quelles que soient les cultures, ce sont les communautés les plus vulnérables qui payent le prix fort, le prix du sang et de l’injustice: les homosexuels, les femmes, les étrangers, les minorités religieuses... Pourtant, il ne faudrait pas grand chose pour changer la donne.

Et si la Tunisie revenait à ses vraies traditions? Celles de la tolérance, rompue à l’exercice du “vivre ensemble” depuis des siècles, depuis la grande Carthage rayonnante?

L’association Shams ne réclame ni plus ni moins que l’abrogation de l’article 230 de notre code pénal, autant dire la dépénalisation de l’homosexualité. Article datant du début du siècle précédent, rédigé par les français, alors puissance coloniale. Article parfaitement anti-constitutionnel. Ni plus ni moins. C’est à dire le respect et l’application pleine et entière de notre nouvelle constitution. Ni plus ni moins.

En l’absence de Cour constitutionnelle pour invalider les invraisemblables décisions de justice où les victimes de viols sont emprisonnées et les bourreaux impunis, où la police, censée nous protéger, s’érige en docteurs violents de la morale; il est grand temps que la Tunisie revienne à ses vraies valeurs... Celles qui ont poussé la jeunesse tunisienne à dire non aux prédateurs dictatoriaux.

Cette jeunesse rêvait d’un avenir meilleur, plus tolérant, plus juste, plus égalitaire surtout... Il est grand temps que nos décideurs politiques le comprenne. Cette séquence électorale s’y prête comme jamais. Il suffirait de peu de choses... En commençant par l’abrogation de cet article 230, hors du temps, incompréhensible, et violemment injuste. On nous observe, il est grand temps... Shams sera là pour veiller à ce respect, pour défendre les valeurs et les libertés fondamentales des citoyens les plus vulnérables au premier rang desquels les LGBT. Il suffirait d’un rien pour revenir à nos “vraies” traditions...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.