LES BLOGS
18/09/2019 09h:57 CET | Actualisé 18/09/2019 09h:57 CET

Et pourquoi pas Nabil Karoui?

Mais on peut penser que Karoui, qui a incarné ce rôle de substitut de l’Etat, est le candidat qui a le plus conscience des manquements de celui-ci...

Zoubeir Souissi / Reuters

J’explique ici pourquoi j’envisage de voter pour Nabil Karoui au second tour de l’élection présidentielle et deuxièmement, pourquoi j’appelle le candidat à prendre des engagements sur certains sujets, afin qu’il réussisse à étendre son électorat et à rassembler les progressistes autour de sa candidature.

Il saisit les enjeux sociaux:

Les deux candidats présents au second tour des élections présidentielles ont un point commun: ils ont saisi le besoin d’avancées sociales pour les électeurs et ont adopté une position de compassion avec des outils différents: l’un par le conservatisme et l’autre par l’action associative.

Le fait que Nabil Karoui ait passé des années à visiter et exposer l’extrême pauvreté du pays sur l’une des chaines majeures du pays.. est considérée par certains comme une pré-campagne opportuniste, en réalité, c’est de l’action de terrain, une culture qui vaut mille mots pour une grande partie de la population.

Mais on peut penser que Karoui, qui a incarné ce rôle de substitut de l’Etat, est le candidat qui a le plus conscience des manquements de celui-ci. D’où sa proposition phare d’un Conseil national contre la pauvreté et son obsession pour “l’éradication” de cette dernière.

Il a dit ”Non” à Ennahdha!

La phrase est d’une symbolique forte et elle passe par la porte-parole du parti “Au coeur de la Tunisie” (9alb Tounes): “Nous sommes prêts à travailler avec tout le monde sauf avec Ennahdha”.

Clarté. 

En face, c’est l’obscurantisme!

Nabil Karoui n’est pas à son premier affrontement avec l’obscurantisme: symboliquement, on se souvient de l’épisode de la diffusion du film « Persepolis » sur Nessma et la mobilisation des salafistes.

Et ces derniers mois, son parti a pointé du doigt directement et publiquement, l’utilisation de l’Etat et de la justice à des fins politiques par Ennahda et Tahya Tounes.

Désormais, il fait face à l’ultra-conservateur indépendant, Kais Saied. Ce dernier est farouchement opposé à toutes les avancées sociétales, entamées ou abouties depuis 2014.

Il ose tout: Déjeuner avec Belhaj, ancien porte-parole de Hezb Ettahrir et multiplier les liens avec l’extrême gauche nationaliste.

Néanmoins, il est temps que Nabil Karoui s’engage sur certains sujets qui lui font défaut auprès des progressistes:

 

  • Libertés individuelles:

En termes de libertés individuelles, Nabil Karoui s’est engagé à abolir le test anal mais reste évasif sur de nombreux sujets: Il faut que le candidat de “9alb Tounes” s’engage à dépénaliser l’homosexualité et s’affirme en faveur de l’égalité dans l’héritage, des sujets au centre du débat centriste, durant cette campagne.

Une mesure qui pourrait également lier les classes populaires et les classes aisées: la dépénalisation du cannabis, lequel entraine des centaines de jeunes par an à la prison pour un simple joint.

  • Dire Non à lultra-libéralisme

Si Nabil Karoui, dans son programme économique, évoque la lutte contre la pauvreté et la création d’institutions nationales rassemblant les partenaires sociaux et l’exécutif pour aboutir à des plans économiques de long-terme, il faut aller plus loin et s’engager à défendre les services publics tunisiens des fantasmes de privatisation. 

Les électeurs de Karoui réclament un emploi mais aussi un État qui les accompagne, qui leur tend la main et l’aide nécessaire à leur émancipation. Cela passe par un investissement dans les hôpitaux et l’éducation publique de ce pays.

Il faut réparer l’ascenseur social et non demander aux infirmes de prendre l’escalier, comme certains le souhaitent.

 

  • De l’écologie politique, et vite!

Précurseur dans le domaine de la communication, et si vous vous engagiez à dépasser le statu-quo politique?

Par exemple, en introduisant l’écologie politique dans votre programme: la capacité solaire Tunisienne est sans égale et pourrait être la solution au déficit énergétique Tunisien, si on lui donne les ressources publiques nécessaires pour s’implanter.

L’urgence du réchauffement climatique nous pousse à prendre des mesures de défense, dans ce sens. Mais il faut également des mesures offensives qui s’attaquent aux entreprises polluantes du pays: La SIAPE à Sfax, par exemple. Sfax où le taux de mortalité s’élève due à l’augmentation du nombre de cancers. En cause? La pollution de l’air.

Des mesures urgentes et nécessaires doivent être prises si on veut trouver les moyens de se défendre face à l’augmentation des températures, à la montée des eaux mais aussi au dérèglement des saisons et ses conséquences agricoles. Pour cela, une réponse publique adéquate serait d’offrir des avantages fiscaux et administratifs aux entreprises de production d’énergies renouvelables et encourager l’investissement vert.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.