MAROC
15/12/2018 16h:20 CET

Espagne: Un migrant clandestin marocain sur dix a été expulsé en 2018

Près de 11.000 Marocains sont entrés illégalement sur le territoire espagnol cette année.

AFP Contributor via Getty Images
Des migrants marocains assis au port de Barbate attendent d'être transférés par la Guardia Civil espagnole après avoir été secourus dans les eaux du détroit de Gibraltar au large des côtes espagnoles, le 7 juillet 2017.

IMMIGRATION - 1.489. C’est le nombre de Marocains expulsés par les autorités espagnoles en 2018, sur un total de 10.816 migrants marocains entrés illégalement en Espagne, soit environ un sur dix. 

Ces chiffres, relayés par El País, ont été récemment révélés par le ministère de l’Intérieur lors d’une réponse accordée à un sénateur espagnol au Parlement. Selon le quotidien espagnol, il s’agit du nombre d’expulsions de Marocains “le plus bas” de ces quatre dernières années.

Les Marocains sont les ressortissants étrangers les pus nombreux à être entrés illégalement sur le territoire espagnol. Ils représentent en effet 21,4% des 53.382 migrants arrivés en Espagne par bateau ou par les frontières terrestres, selon les données du HCR au 31 octobre. Parmi eux se trouve un grand nombre de mineurs, souligne le journal espagnol.

Selon des données de la Direction générale de la police nationale, plus de deux fois plus de Marocains sont arrivés au cours des dix premiers mois de l’année qu’en 2017, et environ dix fois plus qu’en 2016, 2015 et 2014, précise la même source. Ils étaient en effet 1.310 à être entrés clandestinement en Espagne en 2016, 1.300 en 2015 et 1.186 en 2014.

Pendant ces trois années précitées, le nombre de migrants marocains expulsés était plus important que le nombre d’entrées illégales. La tendance s’est ensuite inversée en 2017, où 1.739 Marocains clandestins ont été expulsés alors que 5.391 se trouvaient illégalement sur le territoire.

Aussi, parmi les 11.000 mineurs étrangers non accompagnés qui se trouveraient actuellement en Espagne et sont inexpulsables, plus de 70% seraient originaires du Maroc.

Pour les autorités espagnoles, les Marocains et Algériens sont les citoyens étrangers les plus faciles à expulser grâce aux accords bilatéraux en matière de migration conclus avec les deux pays, rappelle le quotidien. Ce sont également les principales nationalités présentes dans les centres de détention pour immigrés (CIE) où, après un maximum de 60 jours, ils sont expulsés ou libérés.

Selon l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex, le nombre de migrants empruntant la route migratoire occidentale de la Méditerranée pour arriver en Espagne a doublé par rapport à l’année dernière. Les Marocains, les Guinéens et les Maliens ont été les plus nombreux à traverser cette route. Néanmoins, en 2018, le nombre de migrants ayant rejoint clandestinement l’Europe a baissé de 30%.