MAROC
14/05/2019 16h:22 CET

Espagne: Retour sur la promesse de retrait des barbelés des clôtures de Ceuta et Melilla?

Les clôtures sont actuellement sous le coup de travaux de “renforcement et modernisation".

ASSOCIATED PRESS

ESPAGNE - En janvier dernier, le gouvernement espagnol annonçait sa volonté de retirer les barbelés placés sur les clôtures séparant Ceuta et Melilla du Maroc. Alors que le gouvernement espagnol est actuellement en train de mener des travaux de “renforcement et de modernisation” des clôtures séparant le Maroc des deux enclaves espagnols, le ministère de l’Intérieur annonce que les barbelés ne devraient pas être retirés “avant la fin de l’été”, rapporte Europa Press.

Selon l’agence de presse ibérique, le retrait des barbelés se fera lors de la dernière phase des travaux de modernisation “lorsque les autres éléments de sécurité auront déjà été renforcés”. “Il est nécessaire de remplir préalablement les tâches de renforcement de la frontière qui existent déjà”, affirme le ministre espagnol de l’Intérieur, cité par EP.

Des barbelés qui “blessent et mettent des vies en danger”

Un retard qui intervient alors que 52 migrants ont traversé cette même clôture ce dimanche 12 mai. Parmi eux, quatre ont été blessés “par les barbelés, des deux côtés, marocain et espagnol”, rapporte Europa Press, citant l’association de défense des droits de l’homme Prodein de Melilla .

En janvier dernier, le gouvernement espagnol annonçait sa volonté de retirer au plus vite ces fameux barbelés des clôtures, “loin d’empêcher les assauts vers la clôture, blessent et mettent des vies en danger”, expliquait alors El Mundo. 

Quelques semaines plus tard, ce même gouvernement réitérait sa volonté de remplacer les barbelés au sommet des grillages par un autre matériel non blessant qui “garantira la sécurité sans blesser tout le long de la clôture”. À la même occasion, le ministère de l’Intérieur annonçait un futur agrandissement de la clôture, qui atteindra les 10 mètres.

Le ministère de l’Intérieur va consacrer un budget de 32,7 millions d’euros à la modification des infrastructures et du système de sécurité qui marquent la limite de ses territoires. Il prévoit de changer les circuits de caméras, de renforcer les infrastructures de sécurité, la mise en place de systèmes de reconnaissance faciale dans les deux postes frontières des deux villes autonomes, la réforme complète du poste frontalier El Tarajal (Ceuta) et l’installation d’une frontière intelligente à Beni Enzar (Melilla), précise El Mundo.