MAROC
21/10/2019 12h:25 CET | Actualisé 21/10/2019 12h:25 CET

Espagne: les restes de l'ancien dictateur Franco finalement exhumés le 24 octobre

Bientôt la fin de plusieurs mois de bataille juridique?

ASSOCIATED PRESS

ESPAGNE - Après plusieurs mois de bataille juridique, les restes du dictateur espagnol Francisco Franco seront exhumés jeudi prochain de la Valle de los Caidos, le mausolée où il repose, a annoncé lundi le gouvernement espagnol en fonction.

Ils seront ensuite transférés au cimetière d’El Pardo-Mingorrubio, dans la banlieue de Madrid, une opération qui se déroulera “en présence de la famille du dictateur”, a précisé un communiqué de la  présidence du gouvernement.

“L’exhumation comme la réinhumation se feront dans l’intimité, en présence de ses proches et de la ministre de la Justice en fonction, Dolores Delgado”, a relevé le communiqué.

Promise par le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez à son arrivée au pouvoir en 2018, cette exhumation, longtemps réclamée par la gauche espagnole, a été largement contestée par la famille de l’ex-général. Cette dernière a déposé en vain plusieurs recours en justice pour empêcher le transfert de la dépouille du mausolée de la Valle de los Caidos.

Dernier obstacle levé

La Cour suprême, plus haute institution judiciaire du pays, avait levé jeudi dernier les derniers obstacles à cette exhumation, après que le prieur de la communauté bénédictine, qui veille sur le mausolée de l’ancien dictateur Francisco Franco (1892-1975), a maintenu qu’il interdirait l’accès à la basilique où est enterré le dictateur espagnol afin d’empêcher le transfert de sa dépouille.

En effet comme le rapporte Le Monde, ce dernier considérait cette exhumation comme une “atteinte à la liberté religieuse” de la communauté bénédictine qui veille sur la basilique et une “violation des droits fondamentaux”.

Le Congrès des députés avait adopté, en septembre 2017, un décret portant réforme de la loi sur la mémoire historique permettant l’exhumation des restes de Franco du mausolée de la Valle de los Caidos, où il est enterré depuis le 23 novembre 1975. 

Construite à la demande de Franco entre 1941 et 1959 pour commémorer la Guerre d’Espagne, la Valle de los Caidos est un monument controversé. Sa construction a en effet été réalisée en partie par des prisonniers républicains “contraints au travail forcé, et parfois morts sur le chantier”, explique Le Figaro.

Selon la même source, le transfert des restes de “33.000 victimes nationalistes et républicaines de la guerre civile, généralement sans même en avertir les familles”, n’aidera pas à réhabiliter l’endroit, visité tous les ans par des nostalgiques de la dictature.