MAROC
05/02/2019 10h:45 CET

Espagne: Cinq prisonniers marocains arrêtés pour radicalisation et recrutement pour Daech

Le groupe distribuait des contenus audiovisuels qui incitaient à la violence.

Guardia Civile

RADICALISATION - La police nationale espagnole a annoncé, lundi, le démantèlement d’un groupe de prisonniers “cherchant à radicaliser et recruter d’autres détenus, dans deux prisons espagnoles, pour qu’ils intègrent l’organisation terroriste Daech et commettent des attentas après leur libération”.

Cinq prisonniers, tous de nationalité marocaine, ont été arrêté pour leur implication présumée “dans des délits d’appartenance à une organisation terroriste voulant commettre des attentats”, précise la même source dans un communiqué.

“Démantèlement d’un groupe qui a radicalisé en prison des détenus pour qu’ils  intègrent DAESH et commettent des attentats après leur libération. Cinq détenus arrêtés et deux autres à Alcorcón (Madrid).”

Âgés entre 25 et 68 ans, les hommes arrêtés purgent des peines de prison depuis 2013 pour des “délits contre la santé publique”. Des peines effectuées dans les centres pénitentiaires de Madrid III (Valdemoro) et Mansilla de las Mulas (Léon-nord ouest), poursuit la même source, ajoutant que les mis en cause se sont radicalisés en prison.

Deux autres personnes (un homme et une femme) ont été arrêtées à Alcorcón, dans la banlieue de Madrid, pour appartenance présumée à une organisation terroriste et collaboration avec le réseau démantelé pour atteindre ses objectifs.

L’enquête a révélé que le groupe distribuait, dans le cadre de sa mission de recrutement pour Daech, des contenus audiovisuels qui incitaient à la violence. Selon Europa Press, ces derniers ont reçu l’aide d’un gardien de prison.

Ce dernier les aurait notamment aidé à faire pénétrer des téléphones mobiles dans la prison. Comme le rapporte El Espagnol, il était rémunéré par une femme à l’extérieur de la prison, elle aussi arrêtée.

Un “leader” influent

Le groupe démantelé était dirigé par un “leader” qui avait une influence sur les membres du réseau et aussi le reste des détenus, note le communiqué. Une influence qui pouvait continuer en dehors des murs de la prison, rapporte l’agence de presse espagnole Europa Press.

Les prisonniers arrêtés dans le cadre de cette opération “ont même proposé directement à des personnes incarcérées de commettre des attentats”.

“Pour les convaincre, ils leur promettaient d’importantes sommes d’argent. Ils leur assuraient qu’ils avaient un contact au sein de Daech chargé d’envoyer l’argent à leur famille comme récompense en contre partie de commettre des actes terroristes”, fait savoir la police espagnole. Le groupe démantelé recrutait “des détenus influençables et dans le besoin”.