MAROC
12/02/2019 17h:20 CET

Espagne: 55 Marocains ont obtenu l'asile en 2018 pour leur orientation sexuelle ou leur militantisme

1.310 Marocains ont déposé une demande.

SOPA Images via Getty Images
Le 10 octobre 2018, un migrant marocain entre dans un fourgon de police lors de son arrivée au port de Malaga. Ce jour-là, le service de sauvetage maritime espagnol a sauvé 44 migrants maghrébins, dont la majorité étaient originaires du Rif, à bord d’un dériveur en Méditerranée et les a conduits au port de Malaga où ils ont été assistés par la Croix-Rouge espagnole.

PROTECTION - Avec plus de 54.000 demandes en 2018, l’Espagne est l’un des pays européens les plus sollicités par les demandeurs d’asile, toutes nationalités confondues. Et les Marocains figurent dans le haut du tableau. L’année dernière, ils étaient parmi les dix nationalités étrangères ayant formulé le plus de demandes de protection auprès des autorités espagnoles.

Ainsi, 1.310 Marocains ont demandé une protection internationale à l’Espagne, selon les chiffres publiés mardi 12 février par la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (CEAR). Parmi eux, 595 ont essuyé un refus et 55 ont obtenu un statut de réfugié. Aucun n’a obtenu de protection subsidiaire et le reste n’a pas encore reçu de réponse.

Selon El País, la plupart des Marocains ayant obtenu l’asile sur la péninsule ibérique ont bénéficié de cette protection en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre (LGBTQ), bien qu’il y ait aussi des cas de militants arrivés en Espagne à la suite des manifestations du Rif, alimentées par les inégalités sociales et économiques de la région.

Pour le quotidien espagnol, ces chiffres contrastent avec la déclaration de la secrétaire d’État aux Migrations, Consuelo Rumí, qui avait indiqué en octobre dernier que “le Maroc n’est pas un pays dont les habitants se voient accorder l’asile ou un refuge”. “Nous savons que la plupart d’entre eux font de telles demandes pour retarder leur expulsion. Mais nous allons les résoudre très rapidement, avec toutes les garanties, mais très rapidement”, avait-elle assuré.

Les Marocains ne sont cependant pas les étrangers ayant formulé le plus de demandes d’asile l’an passé. Les Vénézuéliens, dont le pays connaît une grave crise économique, sociale et politique, arrivent très largement en tête, puisqu’ils sont plus de 19.000 à avoir demandé une protection à l’Espagne, suivis des Colombiens (8.650) et des Syriens (2.775). Néanmoins, ils ne sont que 30 Vénézuéliens, 50 Colombiens et 30 Syriens à avoir obtenu le statut de réfugiés.

Les Palestiniens sont les demandeurs d’asile les plus nombreux à avoir vu leur demande satisfaite. Sur 1.985 demandeurs, 80 ont obtenu le statut de réfugié et 115 une protection subsidiaire. 50 se sont vu refuser le droit d’asile, et le reste n’a pas encore obtenu de statut.

De manière générale, le règlement des dossiers de demandes d’asile prend du temps - environ deux ans, selon El País. En effet, sur les 54.000 demandes d’asile formulées en 2018, 11.875 seulement ont obtenu une réponse. Parmi celles-ci, environ une sur quatre a abouti favorablement. Ainsi, l’Espagne a accordé la protection internationale à 2.895 personnes, dont seulement 575 ont obtenu le statut de réfugié, soit moins de 5% des demandes réglées. 2.320 personnes ont obtenu une protection subsidiaire et 8.980 demandeurs ont vu leur demande refusée.