MAROC
30/08/2018 14h:05 CET

Eric Dupond-Moretti ne défend plus Saad Lamjarred

Acquittator quitte le navire

SEBASTIEN BOZON via Getty Images

JUSTICE - Le ténor du barreau français Eric Dupond-Moretti ne représente plus l’artiste marocain Saad Lamjarred. Dans une brève déclaration accordée à nos confrères du 360le célèbre avocat affirme ne plus défendre Saad Lamjarred, dont il assurait la défense dans une autre affaire de viol face à Laura Prioul depuis 2016.

Réputé pour avoir remporté de nombreux procès, l’avocat que l’on surnomme “Acquittator” ne dévoile pas les raisons qui l’ont poussé à ne plus défendre Saad Lamjarred. Le chanteur, inculpé cette semaine pour une nouvelle affaire de viol en France, reste représenté par l’avocat Jean-Marc Fédida.

C’est sur “conseil” du roi Mohammed VI que Eric Dupond-Moretti prenait en  2016 en charge le cas de Saad Lamjarred, rapportait alors une dépêche de la MAP. “Dans le cadre de la sollicitude de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, à l’égard de la famille de Saad Lamjarred, le souverain a conseillé à cette dernière que maître Eric Dupont Moretti puisse assurer la défense du chanteur marocain”, écrivait ainsi l’agence de presse officielle, ajoutant que le roi “a décidé de prendre à Sa charge les frais correspondants”, citant comme source  l’ambassade du Maroc en France.

Saad Lamjarred, qui fait l’objet d’une plainte déposée à son encontre par une travailleuse saisonnières pour “des faits caractérisés de viol”, a été inculpé ce mardi après sa mise examen, a rapporté l’AFP. Il a été relâché mardi soir et placé sous contrôle judiciaire.  

Selon le Parisien, le chanteur a dû verser une caution de 150.000 euros (soit plus d’un million et demi de dirhams) pour sa remise en liberté. Interrogé par le journal, l’avocat du chanteur, Me Jean-Marc Fedida, conteste “toute violence”. et assure “qu’aucune constatation matérielle ne permet de confirmer l’existence d’une telle violence”. L’avocat précise par ailleurs à France Info que le chanteur a invité la plaignante dans sa chambre d’hôtel et a eu avec elle “une relation sexuelle consentie”. 

Sa libération ne signifie pas pour autant que le chanteur a été innocenté. Outre son contrôle judiciaire, le chanteur “n’a pas le droit de quitter le territoire”, précisait hier le journal régional Var matin.