MAROC
03/03/2019 16h:22 CET

Environ 85.000 personnes victimes d'esclavage moderne au Maroc en 2018

Un chiffre considérablement en baisse depuis 2016.

RapidEye via Getty Images
Prostitution, travail forcés sous la menace, travail dans des usines clandestines avec promesse d'un salaire... L'esclavage moderne prend de multiples visages, rappelle “The Global Slavery Index”.

RAPPORT - “De nos jours, hommes, femmes et enfants du monde entier restent victimes de l’esclavage moderne”. Le rapport 2018 sur l’esclavage moderne, “The Global Slavery Index” publié par l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Walk Free Foundation fait toujours froid dans le dos. Au Maroc, 85.000 personnes en étaient victimes l’année dernière.

“Le travail extrait par la force, la contrainte ou la menace produit une partie de la nourriture que nous mangeons, des vêtements que nous portons et des ballons de football que nous donnons. Les minéraux que les hommes, les femmes et les enfants ont été amenés à extraire des mines sont allés dans les cosmétiques, l’électronique et les voitures. C’est l’esclavage moderne”, rappelle “The Global Slavery Index” en préambule. Cet esclavage, c’est aussi celui qui touche ces femmes et ces hommes qui sont achetés et vendus sur des marchés publics, ceux qui sont contraints de se marier pour avoir un travail, de travailler dans des usines clandestines avec la promesse d’un salaire qui, finalement, est retenu, ou encore ceux qui sont contraints par la menace de se prostituer ou sont menacés dans leur travail par la violence. 

Au Maroc, le nombre de ces victimes a considérablement baissé depuis 2016. Mais il reste toujours important. Deux ans plus tôt, le royaume comptait ainsi 219.700 personnes subissant ces formes d’esclavage moderne. En 2018, le Maroc en comptait moitié moins mais il y avait toujours 2,45 victimes marocaines pour 1000 victimes d’esclavage dans le monde. 48,34% était susceptible de vivre cet esclavage au Maroc, d’après le rapport. “The Global Slabery Index” a attribué une note de CCC au gouvernement marocain pour sa lutte contre ce fléau. Soit un 3/10.

Parmi les meilleurs pays d’Afrique

Si on regarde au niveau de l’Afrique, le Maroc est dans le top 3 des pays où l’esclavage moderne est le moins répandu. Le pays où on trouve le moins d’esclaves (sûrement en raison de sa démographie) est l’Île Maurice, dans lequel l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Walk Free Foundation ont recensé 1.000 esclaves. Juste après, vient la Tunisie avec 25.000 victimes. Derrière le Maroc, on retrouve l’Algérie, qui comptait 106.000 victimes d’esclavage moderne en 2018.

Dans son analyse globale sur l’Afrique, le rapport rappelle qu’en 2016, environ 9,2 millions d’hommes, de femmes et d’enfants vivaient dans l’esclavage moderne en Afrique. Le taux le plus élevé du monde. Le taux de mariage forcé arrivait en tête des formes d’esclavage, avec 4,8 victimes pour 1.000 personnes dans la région). Venait ensuite le taux de travail forcé (2,8 victimes pour 1.000 personnes dans la région). “Plus de la moitié des victimes de l’exploitation du travail forcé (54%) étaient emprisonnées. On estime que 400.000 personnes dans la région ont été victimes d’exploitation sexuelle forcée, soit 8% de toutes les victimes d’exploitation sexuelle forcée et d’exploitation sexuelle commerciale d’enfants dans le monde”, affirment les chercheurs. Des chiffres à prendre avec prudence tout de même, ”étant donné les lacunes et les limites des données dans certains pays”.

“Dans l’ensemble, nos conclusions ont confirmé que l’esclavage moderne restait un problème crucial pour tous les pays. Tout comme la réponse aux préoccupations environnementales ne peut pas être l’affaire d’un seul pays, la réponse à l’esclavage moderne est un défi qui nécessite l’engagement et les efforts de tous les pays”, assurent les rédacteurs du rapport.