TUNISIE
03/04/2019 19h:58 CET

Entre Bouteflika et les présidents français, beaucoup d'amitié et... des non-dits

Depuis qu’il avait lancé à la télévision française une invitation officielle à “tous les dirigeants français” en juin 1999, tous ont fait le déplacement.

POLITIQUE - En officialisant sa démission, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a mis fin, ce mardi 2 avril, à son quatrième mandat après 20 ans de règne. Depuis qu’il avait lancé à la télévision française une invitation officielle à “tous les dirigeants français” en juin 1999 à venir lui rendre visite, tous ses homologues français ont fait le déplacement. Du voyage historique de Jacques Chirac en en 2003, première visite d’État d’un président français en Algérie depuis l’indépendance du pays en 1962 jusqu’à la courte “escale politique” d’Emmanuel Macron fin 2017. 

A chaque déplacement, les présidents français ont toujours mis en avant “l’amitié” qui lie les deux pays, comme le montre notre montage vidéo. Des relations amicales préservées aussi par des non-dits.  

En 2007, Nicolas Sarkozy a “délibérément évité” d’évoquer le passé colonial de la France, expliquant ne pas être venu “ni pour blesser, ni pour [s]’excuser”. Quand il était à la tête du PS, Français Hollande estimait au contraire que la France devait “encore des excuses au peuple algérien”. Mais une fois élu, fin 2012, s’il a reconnu devant le Parlement algérien “les souffrances que la colonisation a infligé”, il n’a pas souhaité pour autant présenter des excuses. 

Apres l’accident vasculaire cérébral (AVC)  d’Abdelaziz Bouteflika survenu en 2013, son état de santé devient un sujet tabou lors des visites officielles des dirigeants français. En 2015, François Hollande surprendra les journalistes en évoquant la “grande maîtrise intellectuelle” et “l’alacrité” de son homologue qui ne paraissait pas si enjoué que le président français voulait bien le décrire. 

Fin 2017, comme si de rien n’était, Emmanuel Macron évoque à plusieurs reprise son “dialogue” avec le chef d’État algérien dont personne n’a pourtant entendu le son de la voix depuis des mois et affirme avoir “convenu avec le président Bouteflika” d’effectuer “en 2018 une visite d’État en Algérie” qui n’a finalement jamais eu lieu. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.