ALGÉRIE
27/07/2018 15h:11 CET | Actualisé 27/07/2018 15h:16 CET

Enterrement du colonel Bencherif: A Djelfa, des manifestants conspuent "l'Etat en retard" et le ministre de l'intérieur

La colère montait à Djelfa où les habitants considèrent que l'Etat n'a pas honoré comme il se doit le colonel Ahmed Bencherif, ancien membre du Conseil de la révolution et ancien patron de la gendarmerie. Elle s'est exprimée avec force lors de la visite de Bedoui, les manifestants conspuant le "honteux Etat en retard".

Capture Ecran

La population Djelfa ne décolère pas. L’absence de représentants de l’Etat à l’enterrement de l’un des derniers membres du Conseil de la Révolution ne passe toujours pas. Et ce n’est pas la visite, jugée tardive, du ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui accompagné du wali de Djelfa, qui a apaisé les esprits.  

Dans la vidéo ci-dessous, la colère des Ouled Nayel s’exprime avec force. Les habitants de Djelfa ont considéré l’absence des officiels comme un affront et un manque de respect pour leur héros.  

 A travers cette manifestation, les manifestants ont exprimé leur colère contre l’Etat qui n’a pas honoré comme il se devait le colonel Ahmed Bencherif, ancien membre du Conseil de la révolution et premier patron de la gendarmerie. Un homme qui a été aussi un des baroudeurs de la guerre de libération nationale. 

Les forces de l’ordre, police et gendarmerie nationale, mobilisées à cette occasion avaient du mal à contenir la foule en colère qui s’est exprimée avec force lors de la visite de Bedoui.

Des “dégage!”, “honteux Etat en retard!” et “hagarine!”, lancés à gorges déployées exprimaient le refus de cette visite tardive au cimetière et au domicile du défunt où le ministre s’est rendu pour présenter ses condoléances à la famille du défunt. 

Loading...