MAROC
10/11/2015 08h:13 CET | Actualisé 10/11/2015 08h:22 CET

Les opérateurs de l'enseignement privé se mobilisent pour le Sahara

DR
L'Ecole supérieure de technologie de Guelmim, projet conçu et livré en octobre 2011

ENSEIGNEMENT - La Fédération de l’enseignement supérieur privé (FMESP) s’apprête à lancer des formations en faveur des jeunes dans les provinces du sud, selon l’Economiste dans son édition de ce mardi. Les principaux opérateurs du secteur de l’enseignement supérieur privé au Maroc devraient en effet se réunir vendredi au siège de la fédération à Casablanca pour tracer les grandes lignes d’un nouveau pôle éducation et formation dédié aux provinces du sud.

"En tant que membre du Conseil supérieur de l'éducation et président de la FMESP, j’ai voulu répondre à l’appel de Sa Majesté à s’engager en faveur des provinces du sud, par la création d’un véritable pôle d’éducation et de formation, qui concerne aussi bien le primaire, que le secondaire et l’enseignement supérieur, et ce en mobilisant l’ensemble de mes collègues", indique Jacques Knafo, président de la fédération, contacté par le HuffPost Maroc.

LIRE AUSSI:L'Ecole supérieure de technologie de Guelmim récompensée

"C’est une idée qui m’avait déjà traversée l’esprit. L’occasion est venue après le message adressé par Sa Majesté dans son discours. Tous mes collègues ont répondu positivement. Pour la partie logistique, je vais m’entretenir jeudi avec Mme Mbarka Bouaida (ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération), avant de rencontrer dans un deuxième temps les ministres de l'Education nationale et de l’Enseignement supérieur (…) Nous voulons mettre en place une convention avec l’Etat pour que les jeunes les plus démunis puissent obtenir des bourses d’études", explique le président de l’association qui a pour objet de "créer un cadre de réflexion et de concertation, sur le présent et le devenir du secteur de l’enseignement supérieur privé".

Côté financement, la FMESP envisage de solliciter plusieurs organismes internationaux parmi lesquels le FMI afin que les étudiants puissent bénéficier de bourses d’études.

LIRE AUSSI:

Le chantier de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur marocains en 8 points

Le Conseil supérieur de l'éducation préconise de remplacer l'enseignement du français par l'anglais à l'école