ALGÉRIE
04/01/2019 09h:13 CET

Enseignement supérieur: Nouvelles structures pédagogiques à la prochaine rentrée

14.000 places pédagogiques et 15.000 lits, sont prévus à la prochaine rentrée.

skynesher via Getty Images

De nouvelles structures pédagogiques viendront renforcer le secteur de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique au niveau de la wilaya d’Alger, à l’occasion de la prochaine rentrée universitaire, a révélé, jeudi, le ministre du secteur,Tahar Hadjar.

S’exprimant au terme d’une visite d’inspection du pôle universitaire sis à la ville nouvelle de Sidi Abdellah, du projet de réalisation de 8.000 places pédagogiques à l’Université d’Alger 2, ainsi que du projet de réalisation de 4.000 lits à Bab Ezzouar, M. Hadjar a indiqué que son secteur, sera renforcé, à la prochaine rentrée universitaire, avec 14.000 places pédagogiques et 15.000 lits, soulignant à ce propos, que la réception de ces structures permettra d’“amorcer une rentrée universitaire confortable à Alger”.

Rappelant que ces structures sont situées au niveau du pôle universitaire de la ville nouvelle de Sidi Abdellah qui connaîtra la réception de 6.000 places pédagogiques sur un total de 20.000 places et 11.000 lits, relevant à cet égard, la possibilité d’inaugurer deux facultés sur un total des cinq (5) facultés qu’abrite ce pôle universitaire.

L’Université d’Alger 2 connaîtra, à son tour, la réception de 8.000 places pédagogiques avec la prochaine rentrée universitaire, en sus d’un bloc administratif et d’autres structures prochainement, a fait savoir le ministre.

Inspectant le projet de réalisation de 4.000 lits à Bab Ezzouar, le ministre a fait état du parachèvement des structures dédiées à l’hébergement, les travaux de réalisation du restaurant central devant être parachevés vers fin avril prochain.

A cette occasion, M. Hadjar a affirmé que ces projets, qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, visaient à “garantir, aux étudiants, des conditions de scolarisation optimales”, soulignant l’impératif de “parachever ces projets dans les délais impartis”.