ALGÉRIE
10/10/2018 18h:02 CET | Actualisé 10/10/2018 18h:03 CET

Enseignement supérieur: des étudiants privés de Master accusent un "bug" du portail d'inscription

Capture decran

Des étudiants licenciés dans plusieurs spécialités ont tenu ce mercredi 10 octobre 2018 un sit-in devant le ministère de l’Enseignement supérieur, à Alger. Ils se sont rassemblés pour dénoncer leur rejet des listes des classes de Master, accusant un dysfonctionnement du portail “Progrès” créé par la tutelle pour les inscriptions au deuxième cursus du système LMD.

Issus de plusieurs wilayas, les étudiants se sont rassemblés ce matin à partir de 09H pour bloquer les accès du ministère de l’Enseignement supérieur et susciter l’attention du premier responsable du secteur, Tahar Hadjar.

Ils dénoncent depuis plusieurs jours un rejet “injuste” des listes de classe de master pour l’année 2018-2019, malgré les résultats positifs obtenus durant leurs cursus de Licence. Certains affirment même avoir été majors de leurs promotions.

Ils disent être des victimes des dysfonctionnements du portail “Progrès”, qui a été élaboré par le ministère pour les Inscriptions en Master. Interrogé par le HuffPost Algérie, un étudiant a renchéri que beaucoup de personnes éliminées n’ont même pas pu accéder à ce site.

“Les inscriptions au master sont exclusivement effectués sur le site Progrès. Des centaines d’étudiants rejetés n’ont même pas où déposer ou compléter leurs inscriptions”, fait-il savoir.

D’autres, interrogés par la chaîne de télé privée El Djazairia One, ont révélé ne pas avoir pu compléter leurs dossiers, qui ont été rejetés sur la base d’informations incomplètes malgré des résultats positifs.

 Sur la page Facebook du ministère, certains ont regretté cette situation à l’annonce des résultats vendredi 05 octobre 2018. Ils ont exprimé leur mécontentement, affirmant ne pas avoir pu accéder au site.

 “Le ministère est longtemps resté muet face à nos plaintes. Puis, ce matin, le personnel nous a affirmé avoir émis une ordonnance auprès des facultés pour régler ce problème. Toutefois, les administrations des facultés disent de leur côté n’avoir rien reçu”, poursuit le même étudiant au HuffPost Algérie.

Un constat partagé par beaucoup de candidats, qui appelaient le ministère à “mieux communiquer” ses annonces et ses décisions.

Des étudiants se sont également réunis hier, mardi 09, devant la faculté des Sciences de l’information et de la communication de l’Université d’Alger 3. Les forces de l’ordre ont du intervenir pour disperser les protestataires.