MAROC
13/02/2019 17h:20 CET

Enrico Macias à Casablanca: Des organisations pro-Palestine appellent à manifester devant le Megarama

Les appels au rassemblement contre le chanteur se multiplient.

Bertrand Rindoff Petroff via Getty Images
Enrico Macias en concert pour ses 80 ans à L'Olympia, le 9 février 2019 (Paris, France).

POLÉMIQUE - Les organisations pro-Palestine ne lâchent rien. Alors qu’Enrico Macias doit se produire jeudi 14 février au soir en concert au Megarama de Casablanca, plusieurs militants anti-sionistes appellent à manifester devant le complexe culturel. 

Dans une vidéo relayée mardi 12 février sur Facebook, le Groupe national de travail pour la Palestine lance un message clair aux citoyens marocains: se mobiliser contre le chanteur français issu d’une famille de juifs algériens, connu pour son soutien à la Magav, la branche de l’armée israélienne chargée de la surveillance des frontières.

“Il est hors de question qu’un soi-disant chanteur vienne au Maroc souiller notre sol (...) alors que cette personne a du sang sur les mains”, déclare une membre de l’organisation dans la vidéo, appelant tous les Marocains à se rassembler, demain à partir de 19h30, devant la salle de concert.

Selon l’autre membre de l’organisation qui apparaît dans la vidéo, ce concert serait une manière de préparer la venue prochaine du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au Maroc - même si les rumeurs de cette visite n’ont pas été confirmées. La vidéo a été vue plus de 7.000 fois.

Dans un appel similaire, l’Observatoire marocain anti-normalisation exhorte les Marocains à se mobilier jeudi 14 février pour manifester leur mécontentement face à la venue du chanteur, qualifiant de “crime” l’organisation du concert à Casablanca et dénonçant “la bénédiction (par Enrico Macias, ndlr) des crimes de l’entité sioniste usurpant la terre de la Palestine”.

Début février, après l’annonce de sa venue au Maroc, des voix s’étaient élevées sur les réseaux sociaux, appelant au boycott du concert d’Enrico Macias qui “défend l’occupation sioniste et son armée”. À l’origine d’un de ces appels au boycott, la MACBI, Campagne marocaine pour le boycott académique et culturel d’Israël.

“Le boycott est une action pacifique. Cette action va se poursuivre comme elle se poursuivra contre tous les artistes complices de la propagande israélienne - experte en art-washing. Réservons à Enrico Macias la surprise de l’accueil qu’il mérite”, confiait au HuffPost Maroc Sion Assidon, membre de cette organisation.

Le principal intéressé a de son côté répondu à cette menace de boycott sur les ondes de la radio française RMC, dans l’émission “Les Grandes Gueules”. “Je me fous éperdument de cette menace de boycott car je vais y aller. Je vais y aller, je vais au Maroc. Advienne qu’advienne mais je ne leur donne pas raison, ça je ne veux pas. Ma victoire, ça sera d’aller chanter à Casablanca”, a déclaré l’artiste de 80 ans.

“Je connais le peuple marocain, le public marocain. Je compare le Maroc avec l’Andalousie d’antan parce que c’est un pays de tolérance. Ce n’est pas parce que quelques individus veulent me faire du mal que je vais changer d’avis sur la qualité, la tolérance du Maroc. Si on veut me faire quelque chose, qu’ils sachent que j’arriverai à l’aéroport le 14 février”, a-t-il ajouté.