TUNISIE
08/07/2019 11h:45 CET

Ennahdha met la pression sur Youssef Chahed: Walid Jalled dénonce des "déclarations irresponsables" d'Abdelkrim Harouni

“Ces déclarations viennent peut-être en réaction à la décision d’interdire le Niqab. Abdelkrim Harouni, n’a peut-être pas eu le courage de le dire directement”.

Le dirigeant du parti Tahia Tounes et député du bloc de la Coalition nationale Walid Jalled, a fustigé, lundi, les déclarations du président du Conseil de la Choura d’Ennahdha Abdelkrim Harouni tenues samedi, au sujet de discussions sur le maintien ou non de Youssef Chahed à la tête du gouvernement.

“Ce sont des déclarations irresponsables. Vu ce qui se passe dans notre pays d’un point de vue sécuritaire avec la lutte contre le terrorisme, le pays a besoin de stabilité politique” a affirmé Walid Jalled.

Alors que le président du Conseil de la Choura d’Ennahdha évoquait “l’intérêt national” dans son discours, le dirigeant de Tahia Tounes y voit au contraire une menace à celui-ci: “Des déclarations comme celles-ci sont considérées comme totalement irresponsables. Cela n’est en aucun lié à l’intérêt national. Parler de maintien ou non du chef du gouvernement alors qu’il ne reste presque que 60 jours avant les élections, cela touche à la stabilité du pays, au processus démocratique et au processus électoral” a-t-il déploré avant d’ajouter: “Ces déclarations viennent peut-être en réaction à la décision d’interdire le Niqab. Abdelkrim Harouni, n’a peut-être pas eu le courage de le dire directement”.

Interrogé sur d’éventuelles discussions entre Youssef Chahed et Ennahdha sur la possibilité de son maintien ou non à la tête du gouvernement, comme l’a laissé supposer le président du conseil de la Choura d’Ennahdha, Walid Jalled dément: “Il n’existe pas de discussions. Cela n’existe que dans l’imaginaire d’Abdelkrim Harouni”.

“Ennahdha ne peut poser de conditions qu’à son mouvement et à ses militants. Nous, à Tahia Tounes, et avec Youssef Chahed, nous n’acceptons aucune condition d’aucune personne” a-t-il martelé indiquant que cette déclaration n’est pas un communiqué officiel du parti et que par conséquent, elle reste pour le moment considérée comme “folklorique” par le parti Tahia Tounes, qui ne réagira pas officiellement à ces propos.

Samedi, à l’occasion de la troisième conférence annuelle du parti, Abdelkrim Harouni avait affirmé que son parti pratique la politique décidée par le Conseil de la Choura et qui consiste à avoir de bonnes relations avec le président de la République et l’UGTT et de “négocier avec Youssef Chahed pour décider de son départ ou de son maintien et selon quelles conditions”.

“Nous sommes encore en train de négocier avec le chef du gouvernement et lui avons proposé nos conditions pour un réel partenariat. L’évolution de ces négociations vous sera présentée par le président du mouvement”, Rached Ghannouchi a-t-il expliqué.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.