TUNISIE
09/02/2019 18h:24 CET

Enfin le dénouement de la crise de l'enseignement secondaire

Un compromis a été trouvé.

UGTT-FB

La Commission administrative sectorielle de l’enseignement secondaire, a annoncé l’approbation des nouvelles propositions du gouvernement mettant ainsi fin à la crise de l’enseignement secondaire qui dure depuis des mois.

La fin de la crise a été, également, annoncée par le président du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi, à l’issue de sa rencontre avec le Chef du gouvernement Youssef Chahed.

Dans une déclaration accordée aux médias, ce dernier a fait savoir que les pourparlers entre les parties syndicale et gouvernementale ont abouti à un accord relatif au dossier de l’enseignement secondaire et que les cours reprendront lundi 11 février.

Ghannouchi a précisé d’autre part que sa rencontre avec Chahed n’a pas besoin d’être justifiée.

Signature de l’accord

 Le ministère de l’Education a dévoilé dans un communiqué rendu public les détails du compromis. Il a précisé que les deux parties se sont mises d’accord sur de nombreux points dont notamment les questions relatives à la retraite et aux primes.

 Des rectifications ont été apportées 

Le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Nourredine Taboubi a indiqué que la partie syndicale a demandé à la partie gouvernementale d’apporter des rectifications à deux propositions relatives aux revendications des enseignants du secondaire.

Il s’agit d’intégrer la prime de la rentrée scolaire dont la valeur varie entre 1150 et 1440 dinars, dans le salaire de base et d’accorder aux professeurs la possibilité de partir à la retraite dès l’âge de 57 ans, selon le secrétaire général de la branche fédérale de l’enseignement secondaire de Tunis, Mounir Kheireddine.

Il s’agit également d’élargir la lise des maladies ouvrant droit à une retraite anticipée.

 Les enseignants prêts pour sauver l’année scolaire

Le secrétaire général de la branche fédérale de l’enseignement secondaire de Tunis a affirmé la prédisposition des enseignants à assurer des cours de rattrapage conformément à un calendrier préétabli avec le ministère de l’Education, assurant que cela n’influera pas sur les dates des examens.

Pas d’année blanche

Le ministère de l’Education a démenti dans un communiqué, les rumeurs qui ont circulé sur les réseaux sociaux, samedi, concernant la déclaration d’une année blanche, appelant à ne pas céder aux tentatives de confusion.

Selon ces rumeurs, le ministre de l’éducation aurait “déclaré une année blanche et aurait eu recours au licenciement de 5000 professeur de l’enseignement secondaire, avec l’ouverture d’un concours en février 2019”.

Vendredi, la commission administrative sectorielle de l’enseignement secondaire s’est réunie pour décider des propositions du gouvernement relatives aux négociations de la crise du secondaire. Cette réunion qui a duré plus de 7 heurs a été levée pour reprendre samedi à 11h du matin.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.