MAROC
17/03/2019 15h:33 CET

En sit-in, les diplômés chômeurs malvoyants et non-voyants lancent un appel à l'aide

"Sans eau ni nourriture"

HANANE EL ARJOUN/HUFFPOST MAROC

SOCIÉTÉ - Les diplômés chômeurs malvoyants et non-voyants lancent un appel à l’aide par la voie de leur coordination nationale. Cette dernière a publié, samedi, un communiqué indiquant que ces diplômés chômeurs continuent d’observer un sit-in à l’intérieur d’une annexe du ministère de la Solidarité à Rabat (quartier Agdal). Ils y ont fait irruption, mardi dernier, en signe de protestation, mais, à présent, ils craignent pour leur vie, affirme la coordination. Et pour cause, celle-ci souligne que ces manifestants se sont retrouvés à cours de vivres “sans eau ni nourriture”. 

Ces diplômés chômeurs assurent qu’ils sont “assiégés par les forces de l’ordre” et que “3 cas d’évanouissement” ont été enregistrés dans leurs rangs. Et de souligner que parmi ces 3 cas “se trouve une femme enceinte”.  Ces manifestants ont été transportés à l’hôpital pour recevoir les soins, tandis que 12 autres restent toujours sur les lieux dans “une situation critique”, précise la même source, sollicitant l’intervention des parties responsables pour “trouver une solution au plus vite” et “sauver leur vie”.

La coordination réitère, par le même biais, la revendication de cette catégorie de diplômés chômeurs de “propositions raisonnables et garanties”, appelant le gouvernement ”à respecter ses engagements” et à “la levée urgente du siège sur les manifestants” qui pourrait, prévient-elle, “conduire à une tragédie”.

Ayant annoncé le 26 février, par la voie de leur coordination nationale leur décision de procéder à un suicide collectif, ils ont finalement fait irruption le 12 mars dernier, dans une annexe du département de Bassima Hakkaoui munis de bonbonnes de gaz, de bidons d’essence et de cordes. Ils seraient 16, dont une femme, à observer un sit-in au quatrième étage de ce bâtiment après des affrontements avec les agents de la sécurité.