TUNISIE
02/04/2019 00h:24 CET

En plein débat sur le Brexit, des militants écolo s'affichent quasi nus au Parlement

Des manifestants contre le réchauffement climatique ont interrompu un débat sur le Brexit en arrivant quasi nus au Parlement britannique.

CLIMAT - Alors que les députés britanniques tentent ce lundi 1er avril de trouver à nouveau une solution alternative face à l’accord de Brexit de Theresa May, les parlementaires ont eu une étrange surprise en fin de journée: des militants écologistes ont fait irruption dans le Parlement de Westminster quasi nus. 

En effet, selon plusieurs médias britanniques, douze membres du groupes “Extinction Rebellion” se sont déshabillés puis se sont postés dans les galeries réservées aux visiteurs, au-dessus des bancs des députés. Tous torse-nu, certains ne portaient qu’un string ou un slip et arboraient des slogans peints sur leur peau tels que “Loi sur la justice climatique” ou “effondrement écologique”. 

Ils n’ont pas réussi à interrompre les débats, le président de la Chambre des communes, John Bercow, sommant ses collègues de poursuivre leurs échanges. Mais les activistes ont néanmoins attiré l’attention sur les réseaux sociaux, où les photos de leur action ont été maintes fois partagées.

 

“Nous sommes obligés d’agir de la sorte car la question la plus importante et la plus urgente de notre époque est ignorée de manière flagrante par notre gouvernement et nos médias”, a déclaré le militant Mark Ovland dans un communiqué transmis après l’action.

“Il est grand temps que les politiciens cessent de tourner autour du pot et s’attaquent de front à la crise environnementale, comme ils auraient dû le faire il y a des années”, a estimé un autre activiste, Iggy Fox. Il a blâmé “le gaspillage de temps et de ressources” consacrés par le gouvernement au dossier du Brexit.

Selon le Dailymail, la police est intervenue environ 30 minutes plus tard et a dû faire sortir les manifestants. Ils ont été arrêtés pour attentat à la pudeur. Les autres personnes faisant partie du public ont été priées de partir.

Cette intrusion est surprenante alors que les contrôles de sécurité pour entrer au Parlement sont censés être aussi pointus que ceux d’un aéroport, selon le Dailymail. Il s’agit d’ailleurs de la violation de sécurité la plus importante dans la galerie du public depuis qu’un homme a lancé un sac de billes sur la vitre en verre en octobre 2014.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.