TUNISIE
27/11/2018 15h:02 CET | Actualisé 27/11/2018 15h:06 CET

En photos: Manifestations en Tunisie contre la venue de Mohamed Ben Salmane

Des centaines de Tunisiens ont manifesté mardi contre la venue du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane

Zoubeir Souissi / Reuters

Entaché par l’affaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, n’est pas le bienvenu en Tunisie, comme ont pu en témoigner ces dernières heures.

Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés, aujourd’hui, à l’avenue de Habib Bourguiba, en plein coeur de la capitale, pour crier leur colère face à cette visite.

De nombreux slogans ont été, d’ailleurs, levés contre sa venue, programmée ce mardi 27 novembre 2018:  “Dégage ! On ne veut pas de ton argent sale”, “Vous n’êtes pas le bienvenu”... Tous ont estimé que “Ben Salmane n’a rien à faire en Tunisie”.

En effet, le ton semble ferme et les positions prises par de nombreux représentants de la société civile tunisienne sont très claires, comme le montrent les photos et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux.

Une première manifestation s’est tenue également lundi en fin de journée devant le théâtre municipal de Tunis contre la venue du prince héritier saoudien dans le cadre d’une tournée à l’étranger, sa première depuis l’affaire de Khashoggi.

En effet, le meurtre du journaliste a altéré l’image du royaume et en particulier celle du prince héritier saoudien. D’autre part, la guerre menée par Riadh contre le Yemen a attisé la tension et a provoqué une position hostile à son égard. Ce conflit qui dure depuis plus de trois ans a fait de nombreux morts et a entraîné une famine sans précédant. 

Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) a d’ailleurs déployé sur l’entier du bâtiment qu’il occupe au centre-ville de Tunis une banderole affichant le prince de dos, une tronçonneuse à la main, avec ce slogan : “Non à la profanation de la Tunisie, terre de la révolution”.

Mohamed Ben Salmane est un véritable danger pour la paix et la sécurité dans le monde. Il est l’ennemi de la liberté d’expression”, a fustigé le Syndicat dans la lettre signée par son secrétaire général Soukeina Abdessamad.

Le syndicat s’est dit surpris par la visite du Prince héritier Mohamed Ben Salmane qui intervient un mois après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat du royaume à Istanboul.

Selon des rapports internationaux, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, serait directement impliqué dans le meurtre du journaliste et dissident Jamal Khashoggi, ce que Riyad dément catégoriquement.

Outre les internautes, des organisations comme l’Association des femmes démocrates (ATFD) ont exprimé leur opposition. Cette dernière avait également accroché une affiche rejetant la visite.“Non à la venue du bourreau des femmes.” a écrit l’ATFD.

Quant à la porte-parole de la présidence, Saida Garrache, elle affirmé, lundi, sur les ondes de Shems FM, que la Tunisie reste sur sa position initiale, qu’elle condamne “l’assassinat atroce” de Jamal Khashoggi, et qu’elle réclame la vérité à ce sujet.

De son côté, le conseiller auprès de la présidence de la République, Noureddine Ben Ticha, a déclaré que le Prince saoudien est “le bienvenu en Tunisie”, à l’instar des autres dirigeants arabes, relevant que “le président de la République a, depuis son accession à la magistrature suprême, œuvré à la consolidation des relations bilatérales avec les pays frères et amis”.

Il a, dans ce sens, affirmé l’importance du rôle de l’Arabie Saoudite dans la région, rappelant la solidité des liens séculaires qui unissent la Tunisie et l’Arabie Saoudite.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.