MAROC
24/04/2019 10h:40 CET

En Israël, une colonie sur le plateau du Golan portera le nom de Trump

Le président américain a reconnu la souveraineté d'Israël sur ce territoire syrien occupé.

Xinhua News Agency via Getty Images

ÉTATS-UNIS - Le président Donald Trump est très populaire en Israël et cette nouvelle attention du gouvernement prouve à nouveau le soutien sans faille du pays au chef d’État américain. Benjamin Netanyahu, fraîchement réélu Premier ministre du pays il y a quelques semaines, a annoncé ce mardi 23 avril qu’une  colonie israélienne sur le plateau du Golan occupé allait porter le nom de Trump.

Afin de remercier le président américain d’avoir reconnu la souveraineté de l’Etat hébreu sur la partie de ce territoire syrien annexé par Israël, Netanyahu, en visite dans la région avec sa famille à l’occasion des vacances de la Pâque juive, a décidé de renommer cette colonie en l’honneur du Donald Trump, précise l’AFP. Le Premier ministre israélien a déclaré dans un message vidéo qu’il soumettrait très prochainement cette résolution au gouvernement. 

 “En voyage avec la famille sur les hauteurs du Golan. En l’honneur du président Trump, qui a reconnu la souveraineté d’Israël sur les hauteurs du Golan, je demanderai bientôt à une colonie de porter son nom”, a tweeté le chef du gouvernement israélien. 

“Tous les Israéliens ont été profondément émus lorsque le président Trump a pris la décision historique de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan”, a-t-il déclaré d’après la même source. 

Affichant un soutien sans faille à l’administration israélienne depuis son élection à la présidence américaine, Donald Trump avait rompu à nouveau avec le consensus international le 25 mars dernier, en reconnaissant la souveraineté d’Israël sur une partie du plateau du Golan prise à la Syrie lors de la guerre des Six Jours en 1967. À l’heure actuelle, le Golan occupé compte une trentaine de colonies israéliennes qui comptent environ 20.000 habitants.

Cette décision très controversée du président américain intervenait quelques semaines avant les nouvelles élections israéliennes, pour lesquelles Benjamin Netanyahu a décroché un cinquième mandat. 

Il avait également reconnu unilatéralement Jérusalem comme la capitale d’Israël et décidé d’y installer l’ambassade américaine, alors que les Palestiniens souhaitant faire de Jérusalem-Est, occupée et annexé par l’Etat hébreu depuis 1967, la capitale de l’Etat qu’ils espèrent.