ALGÉRIE
31/08/2019 11h:18 CET

En hausse en 2018, les revenus pétroliers de l’OPEP (et de l’Algérie) vont reculer en 2019 et 2020 (IEA)

En hausse en 2018, les revenus pétroliers des pays de l’OPEP, dont ceux de l’Algérie, devraient connaître des reculs successifs en 2019 et 2020.

mtcurado via Getty Images
Oran, Algeria - January 27, 2008: fuel storage and container harbor - container ships and isotainer storage

Les revenus pétroliers des pays de l’OPEP ont augmenté de 32% en 2018 par rapport à l’année précédente pour s’établir à 711 milliards de dollars contre 538 milliards de dollars en 2017, selon les données publiées récemment par l’Agence américaine d’information sur l’énergie ((Energy Information Administration - EIA).  

Les revenus pétroliers de l’Algérie sont passés de 24 milliards de dollars en 2017 à 30 milliards en 2018, une augmentation due à l’amélioration des cours pétroliers.  Une évolution, indique l’EIA, due principalement “ à la hausse des prix moyens du pétrole brut (71,05 $/baril en moyenne en 2018 contre 54,25 $/baril en 2017) et à une légèrement augmentation des exportations nettes de pétrole de l’OPEP”

Capture ecran
Ventes Opep

 Les prévisions de l’EIA sont moins bonnes pour les pays de l’OPEP puisqu’elles tablent sur des revenus pétroliers de 604 milliards de dollars en 2019 et 580 milliards en 2020.

Sans surprise, l’Arabie saoudite a engrangé la plus grande part avec 237 milliards de dollars de recettes en 2018 contre 172 en 2017, soit une hausse de 38%.  L’Irak vient en seconde place avec 91 milliards de dollars suivi par les Emirats Arabes Unis avec 74 milliards de dollars.

 

Baisses attendues

L’année 2019 s’annonce déjà moins bonne. De janvier à juillet 2019, les revenus de l’OPEP sont estimés à 353 milliards de dollars selon l’EIA. L’Iran soumis à des sanctions drastiques par les Etats-unis enregistre le plus grand recul avec des revenus estimés à 19 milliards de dollars durant cette période. 

Globalement, les pays de l’OPEP devraient voir leur revenus baisser de 100 milliards de dollars en 2019 par rapport à 2018 traduisant ainsi le fléchissement des cours qui s’est établi sur une moyenne de 65,7 dollars le baril au cours des sept premiers mois ainsi qu’une baisse de production.  Les revenus pour 2019 devraient s’établir à 604 milliards de dollars, la baisse pourrait s’accentuer en 2020 où l’EIA prévoit es revenu de 580 milliards de dollars.

Selon des estimations citées par Bloomberg News, l’Algérie a besoin d’un baril de pétrole à 116.40 Dollars pour équilibrer son budget pour l’exercice 2019.