MAROC
14/08/2019 10h:07 CET

En Grèce, cette impressionnante fumée d'incendie transforme le littoral

L'île d'Eubée en Grèce est ravagée par un violent incendie qui a recouvert le ciel et la côte d'une épaisse fumée brune, donnant à l'île des airs fantomatiques.

INTERNATIONAL - Une carte postale aux allures apocalyptiques...Sur l’île Eubée en Grèce, un incendie s’est déclaré dans la nuit et s’est poursuivi tout au long de ce mardi 13 août et n’est toujours pas éteint à l’heure où nous publions cet article. Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus,l’impressionnant panache de fumée a transformé le littoral.

L’incendie a pris une telle ampleur que le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a écourté ses vacances pour suivre son évolution. Plus de 500 villageois ont été évacués. Le feu, attisé par des vents violents, continue de ravager une forêt de pins classée Natura 2000 pour sa faune et sa flore sauvages située au centre de l’île grecque, a-t-on appris auprès des autorités. 

L’incendie s’est déclaré peu après 3 heures du matin en bord de route. Sous l’effet des rafales de vent, il s’est rapidement propagé à la végétation très dense et sèche du centre de l’île grecque, la deuxième par sa taille après la Crète. Le secteur a été déclaré en urgence nationale en fin d’après-midi. Les autorités ont annoncé avoir évacué par précaution le monastère de Panagia Makrymallis puis les villages de Kontodespoti, Agrilitsa et Stavros, quand les flammes se sont rapprochées dangereusement des habitations. 

“Les maisons sont à quelques centaines de mètres du feu... Il y a des flammes tout autour et c’est difficile de respirer”, a déclaré Yiorgos Psathas, le maire de Dirfys-Messapia, commune proche des villages évacués. “Nous ordonnerons davantage d’évacuations en cas de besoin”, a-t-il ajouté.

Quelque 200 pompiers étaient sur place, aidés de 75 véhicules terrestres, cinq hélicoptères et six avions bombardiers d’eau, selon les services d’incendie. Les soldats du feu devaient évoluer sur un terrain hostile, le relief et la faible visibilité compliquant les opérations aériennes.

“On ne peut pas voir le soleil”

“Les flammes ont 20 à 30 mètres de haut, on ne peut même pas voir le soleil”, a déclaré un pompier volontaire, Panos Agiannitis, sur la radio municipale d’Athènes. “J’ai peur pour ma vie, on peut ressentir la chaleur (du feu) à 250 mètres”, a-t-il encore ajouté. “Le seul moyen de l’éteindre est d’attendre qu’il n’y ait plus rien à brûler”, a-t-il estimé.

Sous l’effet des vents violents, les fumées âcres, caractéristiques des forêts de pins, étaient poussées vers les régions limitrophes, la péninsule du Pélion ou encore l’Attique et Athènes, où habitants et touristes pouvaient les ressentir.

Un autre incendie était en voie d’être maîtrisé dans une zone forestière de l’île de Thassos au nord-est, selon les services d’incendie. Vendredi de la semaine précédente, le niveau d’alerte des services d’urgence avait été placé à un niveau très élevé par le chef de la protection civile en raison de la combinaison de températures caniculaires, de vents violents et de la sécheresse.