MAROC
27/02/2019 18h:18 CET

En couverture de Harper's Bazaar Arabia, la reine Rania de Jordanie parle des femmes de la région

"Les femmes de la région sont dépeintes de deux façons. Elles sont soit des dangereuses extrémistes soit des victimes opprimées”.

Instagram/Harpers Bazaar Arabia

MAGAZINE - Pour célébrer 20 ans de règne auprès de son époux, la reine Rania de Jordanie est en couverture du numéro du mois de mars du magazine Harper’s Bazaar Arabia. Épouse depuis 1993 du roi Abdullah II de Jordanie, pays arabe qui partage ses frontières avec l’Irak, l’Arabie saoudite, la Syrie, Israël et la Palestine, la reine Rania est au cœur d’une région secouée par certains des conflits les plus sanglants.

Photographiée par Alexi Lubomirski, elle se confie sur les pages du prestigieux papier glacé et explique sa vision et sa détermination à construire un avenir meilleur pour le monde arabe et les femmes de la région.

Née au Koweït de parents palestiniens, Rania Al Yassin travaillait à Amman lorsqu’elle a rencontré le roi Abdullah, à l’époque encore prince héritier, lors d’un dîner en 1992. Un an plus tard, ils étaient mariés. Ce n’est qu’en 1999 qu’elle monte sur le trône, après le décès du roi Hussein et le couronnement de son époux. Elle est alors âgé de 28 ans. Depuis, la belle s’est imposée comme l’une des femmes les plus influentes de la région. Son combat? L’émancipation de la jeunesse et des femmes dans le monde arabe.

“En ce qui concerne les femmes du Moyen-Orient, vous trouverez de nombreux experts internationaux prêts à intervenir et parler en leur nom, mais vous obtiendrez des récits inexacts ou simplement stéréotypés”, estime la reine de 48 ans, soulignant que “ces femmes sont généralement dépeintes de deux façons. Elles sont soit des extrémistes dangereuses soit des victimes opprimées”.

Insistant sur le fait que “la nuance se perdait dans le récit”, la reine Rania juge “essentiel que les femmes parlent d’elles-mêmes. Les stéréotypes ne reflétant pas la réalité de ce que sont les femmes du Moyen-Orient”. Elle explique la différence entre la perception de la femme arabe en occident et la réalité vécue pas ces femmes.

Dans un entretien accordé à la journaliste Louise Nichol et partagé sur le site de Harper’s Bazaar Arabia, la reine salue la “détermination des femmes arabes à réussir malgré leurs obstacles”. 

Il n’existe pas un stéréotype de femme arabe. Chaque femme est unique, mais je pense que nous avons encore beaucoup de chemin avant de laisser une empreinte à l’échelle internationale.

Évoquant les conflits et les guerre que connaît la région, la reine se désole en annonçant: “La bataille pour l’égalité des droits, l’éducation et la parité des sexes est oubliée lorsqu’une bataille de bombes et de balles fait rage à l’extérieur”.

“Je ne suis pas prête à abandonner l’humanité. A l’inverse de toutes les choses horribles que nous voyons, il y a une incroyable bonté chez les gens”, dit-elle. “La réflexion apporte beaucoup de réponses et notre religion nous apprend à faire face à ce genre de situation avec patience, détermination et acceptation. C’est une grande source de réconfort pour moi et cela garde ma foi” déclare la souveraine.

Engagée pour l’éducation, en septembre dernier, la reine Rania lançait Edraak, une plate-forme éducative gratuite et digitale destinée aux enfants du monde arabe.