MAROC
05/02/2019 10h:09 CET | Actualisé 05/02/2019 10h:12 CET

À son arrivée en Belgique, une étudiante marocaine retenue une nuit dans un centre fermé

Son visa étant périmé depuis octobre 2018, elle était munie d’un récépissé de demande de titre de séjour en France, qui ne lui donnait pas la possibilité d’atterrir dans un autre pays.

Laurent Dubrule / Reuters
Le centre fermé Caricole de Steenokkerzeel, une sorte de prison administrative pour les étrangers.

DÉTENTION - Dans la nuit du 3 au 4 février, une Marocaine qui étudie à Lille, dans le nord de la France, a dormi dans le centre fermé Caricole de Steenokkerzeel, une sorte de prison administrative pour les étrangers. Son visa étant périmé depuis octobre 2018, elle était munie d’un récépissé de demande de titre de séjour en France, qui ne lui donnait pas la possibilité d’atterrir dans un autre pays, rapportent les médias belges.

La jeune fille de 19 ans avait passé trois jours à Casablanca avant de rentrer, ce dimanche 3 janvier, pour reprendre les cours à l’université de Lille 2. ”Étant donné qu’il n’y a pas de vols directs entre Casablanca et Lille, l’étudiante opte pour un vol vers Bruxelles pour y transiter rapidement avant de retourner vers le nord de la France”, souligne la RTBF.

À l’aéroport de Bruxelles, elle présente son récépissé. “La jeune fille ne le sait pas, mais celui-ci ne lui permet d’atterrir qu’en France. Elle est alors interrogée et placée à l’isolement par la police de l’aéroport”, ajoute le média belge. La jeune marocaine a affirmé avoir été moquée par la police pendant les interrogatoires. Cette dernière l’aurait même menacée de rester 10 jours en rétention si elle ne signait pas des papiers. 

Dominique Ernould, porte-parole de l’Office des étrangers en Belgique a confirmé l’affaire en fin de journée ce 4 février. L’étudiante devra repasser par le Maroc pour retourner en France. 

Il y a 15 jours, trois danseurs marocains ont également connu des tracas dans un aéroport voisin, aux Pays-Bas. Munis d’un visa Schengen, ils ont pourtant été retenus par les autorités dès leur arrivée sur le territoire hollandais. Ils ont passé une semaine en centre de rétention pour clandestins avant d’être renvoyés quelques jours plus tard au Maroc.