LES BLOGS
09/09/2019 14h:20 CET | Actualisé 09/09/2019 14h:20 CET

En Algérie, tôt ou tard, l’inévitable transition

- via Getty Images
A protester raises up a sign reading in Arabic and English "no to the Egyptian scenario in Algeria", during a demonstration against the ruling class in the capital Algiers on September 6, 2019, for the 29th consecutive Friday since the movement began. (Photo by - / AFP) (Photo credit should read -/AFP/Getty Images)

1.    En quelques décennies, le régime a produit un véritable désastre dans le pays. Il a détruit l’Etat, la justice, l’éducation, la santé et l’économie, généralisé la corruption et démoralisé la société. 

2.    Par un sursaut moral et politique extraordinaire, de parmi les décombres matérielles et morales d’une longue guerre d’usure menée contre eux par le régime, les Algériens ont décidé de se redresser et de s’opposer au cours funeste qui entraînait la nation entière au délitement. Ainsi, la Révolution de Février a permis au peuple algérien de ressurgir au monde de façon éclatante et de prendre en main son destin. 

3.    Les Algériens sont conscients que le régime est la cause de leurs problèmes et de leurs malheurs, et ils savent que, pour sortir de l’impasse dans laquelle il les a entraînés, il est désormais vital de le faire partir et de le remplacer par un régime capable de construire un Etat de droit légitime et pérenne.

4.    Les Algériens sont conscients de la gravité de la situation et des menaces qui pèsent sur le pays. Ils savent l’inanité de la classe politique et la fragilité de la société civile. Ils savent la nature factice de l’économie. Ils savent la prévalence de la corruption dans la société et l’indigence, sinon l’inexistence des institutions de l’Etat. Ils savent l’état calamiteux de la justice, de l’école et de la santé. Ils savent que le pays a été, et continue d’être saigné à blanc par des réseaux parasites insatiables qui ont assujetti tous les pouvoirs au mépris de l’intérêt général, de l’histoire et de l’avenir du pays.

5.    Le peuple sait cela. Mais, à l’heure actuelle, il ne dispose pas encore des instruments politiques lui permettant de concrétiser sa volonté d’exercer sa souveraineté et d’instaurer le régime politique qu’il souhaite.

6.    Face aux premiers succès spectaculaires du mouvement populaire (mise en échec du 5èmemandat, empêchement de deux élections présidentielles, apparition au grand jour des failles profondes et des limites du régime) certains ont pu se laisser griser par l’illusion que le régime était en train de s’effondrer, alors qu’il est toujours présent. Et du fait notamment de divers positionnements personnels ou partisans et stratégies précipités, le mouvement populaire n’a pas pu encore réaliser son projet, pourtant régulièrement réitéré par les millions de citoyens qui manifestent à travers tout le pays depuis plus de six mois, de faire  partir le régime actuel et de le remplacer par un régime démocratique. 

7.    Et alors qu’en réalité le passage du régime actuel à un régime démocratique ne peut se faire que par un processus de transition politique, l’absence de clarté et de détermination de la classe politique dans la défense de l’idée et du projet de la transition a permis au régime de créer la confusion autour des perspectives politiques, en particulier, par la mise en exergue d’une prétendue contradiction entre élections et transition, ou encore entre élections présidentielles et constituante. 

8.    Toutes les ressources intellectuelles, médiatiques et politiques du régime sont actuellement mobilisées pour tenter d’imposer, en les martelant sans répit, des idées fausses et de perpétuer des alternatives fallacieuses et de pauvres artifices, comme cet indigent «panel de la médiation et du dialogue»… Dans sa lutte pour la survie, pour gagner du temps et pour renforcer les moyens de la contre-révolution, le régime, faisant feu de tout bois, nie la possibilité même de la transition. 

9.    Dans cette situation, les Algériens, lucides et déterminés, n’ont d’autre ressource, ni d’autre espoir que dans la poursuite de leur longue marche, massive et pacifique, pour la dignité, la justice et la liberté.