MAROC
18/11/2018 16h:03 CET

Emploi: Les diplômés chômeurs malvoyants refusent le concours de recrutement d'administrateurs

“Ce concours n’est pas spécifique à notre handicap et exclut une bonne partie de nos membres"

HuffPost Maroc

EMPLOI - “Ce n’est pas ce qui était convenu”. La coordination nationale des diplômés chômeurs malvoyants s’insurge contre l’annonce faite par le ministère de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique. Un arrêté publié sur le site web du département de Mohamed Benabelkader annonce l’organisation d’un concours unifié spécifique aux personnes en situation de handicap pour le recrutement de 50 administrateurs de troisième grade. Ce concours est prévu pour le dimanche 23 décembre 2018 et concerne le recrutement de cette catégorie sociale dans 16 départements relevant de la fonction publique. La majorité des postes, soit 10, concerne le ministère de la Santé.  En deuxième position des recruteurs: le ministère de la Famille et de la Solidarité avec 6 postes et celui de la Jeunesse et des Sports avec 5. Les autres se répartissent (d’un à 3 postes) sur, entre autres, les départements de l’Equipement, l’Emploi, l’Economie, ainsi que Haut commissariat aux anciens résistants et le Haut commissariat au Plan.

Mais sur les conditions d’accès, cette coordination des diplômés chômeurs malvoyants estime qu’elles ne répondent pas à ses attentes. “Ce sera destiné à l’ensemble des handicapés et uniquement aux titulaires de licence”, déclare au HuffPost Maroc Yassine Abou Soufiane, membre de la coordination, titulaire d’un diplôme en télécommunication. Et de souligner: “ce concours n’est pas spécifique à notre handicap et exclut une bonne partie de nos membres, notamment les titulaires d’un baccalauréat et d’un DEUG, mais aussi ceux qui ont des masters et des doctorats”.

Un concours que la coordination refuse par la voix d’un communiqué dans lequel elle décrit “sa déception” et “son indignation” quant à cette annonce estimant qu’elle ne répond par à l’engagement d’accorder à cette catégorie un quota de 7% dans la fonction publique. “Nous n’avons pas repris notre sit-in dans le département de la Famille, mais nous comptons poursuivre nos démarches protestataires en programmant de nouvelles marches et sit-in dans les jours à venir”, prévient-il.

La coordination accuse le gouvernement de “chercher à fuir ses engagements” et à tenter de “redorer son image” par ce concours. “Le gouvernement devra assumer les conséquences de sa décision (...) Une solution définitive à notre dossier ou la mort pour notre cause”, met en garde la coordination dans son communiqué.

Le 16 octobre dernier, une médiation des parlementaires avait réussi à convaincre cette coordination des diplômés chômeurs malvoyants de lever son sit-in sur le toit du département de Bassima Hakkaoui. Mais depuis, les annonces du gouvernement ne cessent de faire réagir cette coordination. Cette dernière avait d’ailleurs estimé que le Projet de loi de finances (PLF 2019) exposé au Parlement par le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, ne prend pas en compte le quota d’intégration à la fonction publique au profit des personnes handicapée.

Au volet emploi, en effet, le PLF 2019 prévoit 25.458 postes budgétaires, dont 200 pour les personnes handicapées, ainsi que 15.000 postes de contractuels pour le secteur de l’éducation national. “Nous avons constaté avec beaucoup de regret que seuls 200 postes budgétaires seront consacrés aux personnes en situation de handicap, soit uniquement 0,7% du total et non 7% comme le prévoit la loi”, avait fait remarquer cette coordination dans un autre communiqué. Et de souligner que “ce quota n’inclut par les 15.000 postes de contractuels prévus au PLF 2019, ce qui représente une exclusion directe de l’emploi”.

Les députés de la première Chambre ont été unanimes à demander au gouvernement d’ajouter aux 200 postes budgétaires destinés à cette catégorie le quota des 7%. Un amendement sur lequel le gouvernement devra trancher.