21/02/2019 16h:24 CET | Actualisé 21/02/2019 16h:45 CET

Emploi: la situation du marché du travail est toujours préoccupante, selon les chiffres du HCP

Près de 6 salariés marocains sur 10 ne disposent pas de contrat de travail.

LOUAFI LARBI / REUTERS

EMPLOI - Dans une enquête nationale menée auprès de la population active occupée, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) décrypte les principales caractéristiques du marché du travail au Maroc en 2018. L’institution gouvernementale tirait la sonnette d’alarme, il y a presqu’un an, dans son rapport national sur l’emploi, au sujet du taux de chômage chez les jeunes urbains, les femmes et les titulaires de diplômes d’enseignement supérieur. 

L’inactivité affaiblit l’économie nationale

“Nous ne sommes pas uniquement en train de présenter des indicateurs, nous sommes en train de tirer la sonnette d’alarme sur une situation de plus en plus problématique”, déplorait Jamal Guennouni, chef de la division enquêtes sur l’emploi au HCP, en mars 2018 pour le bilan de l’année 2017. Malgré le taux de chômage qui a connu une légère baisse entre 2017 et 2018, passant de 10,2% à 9,8% au niveau national, la situation demeure inchangée.

Durant l’année passée, la population âgée de 15 ans et plus a atteint 25.950.000 personnes dont 11.979.000 actifs (10.811.000 pourvus d’un emploi et 1.168.000 au chômage) et 13.970.000 personnes sont en dehors du marché du travail, précise le HCP dans sa note. Sur le 1,17 million de chômeurs, 65,7% sont des jeunes âgés de 15 à 29 ans, soit une population de près de 767.400 personnes. Une inactivité des jeunes qui entraîne une baisse du taux d’activité problématique pour l’économie nationale.

Ce dernier a baissé à 46,2% (41,8% en milieu urbain et 53,9% en milieu rural, 70,9% parmi les hommes et 22,2% parmi les femmes) contre 46,7% en 2017. Le HCP précise que ce taux passe de 45,7% parmi les actifs n’ayant aucun diplôme à 42,9% chez ceux ayant un diplôme de niveau moyen, pour se situer à 55,9% parmi les actifs ayant un diplôme de niveau supérieur. 

Sur les 10.811.000 personnes actives occupées, 44,8% sont des ruraux et 23,2% sont de sexe féminin, souligne l’institution, ajoutant que les jeunes âgés de 15 à 34 ans sont toutefois plus présents sur le marché de l’emploi avec une part de 37,8% du volume de l’emploi total (11,1% pour les 15-24 ans et 26,7% pour les 25-34 ans).

Concernant le taux d’emploi, il s’est établi à 41,7% au niveau national (35,9% en milieu urbain et 52% en milieu rural), et s’élève à 65% chez les hommes et 19% chez les femmes. Il est de 57,8% pour la tranche d’âge 35-44 ans et de 20,2% pour celle de 15 à 24 ans.

Et c’est dans le grand sud, notamment dans la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab que le taux d’emploi est le plus élevé avec 64,3% suivi de la région Marrakech-Safi (45,2%) puis de la côte littorale Atlantique, plus au nord, avec Casablanca-Settat (44,5%). Les provinces de Guelmim-Oued Noun, Laayoune-Sakia El Hamra et l’Oriental enregistrent les taux les plus bas avec respectivement 34,4%, 35,9% et 36,9%, souligne le HCP.

Le secteur tertiaire compte le plus d’actifs

La répartition sectorielle illustre une domination du secteur des services qui emploie 42,4% des actifs occupés (4.583.000 personnes), suivis de l’agriculture, forêt et pêche avec 35% (3.780.000 personnes), de l’industrie y compris l’artisanat avec 11,7% (1.269.000 personnes) et des BTP avec 10,8% (1.169.000 personnes).

Près des deux tiers (64,4%) des actifs occupés citadins travaillent dans le secteur des services et près d’un travailleur sur 5 (17,9%) dans l’industrie y compris l’artisanat. En milieu rural, près des trois quarts (72%) des actifs occupés exercent dans le secteur de l’agriculture, forêt et pêche. La note du HCP relève par ailleurs qu’au niveau national, 9 actifs occupés sur 10 travaillent dans le secteur privé avec 97,1% en milieu rural et 84,4% en milieu urbain.

Les ouvriers et manœuvres de l’agriculture et de la pêche sont les professions les plus exercées avec 21% des actifs occupés, suivies des artisans et ouvriers qualifiés des métiers artisanaux (18,7%), des manœuvres non agricoles, manutentionnaires, petits métiers (14,9%).

Enfin, les “cadres supérieurs et membres des professions libérales” et les “membres des corps législatifs, élus, responsables hiérarchiques” affichent les proportions les plus faibles, avec respectivement 3,8% et 0,7% des actifs occupés. 

Un monde du travail désorganisé 

Près de 6 salariés sur 10 (59,4%) ne disposent pas de contrat qui formalise leur relation avec l’employeur. Seuls 7,1% des salariés disposent d’un contrat verbal, 8% d’un contrat à durée déterminé et 24% d’un contrat à durée indéterminée. La part des salariés ne disposant pas de contrat s’élève à 79,7% en milieu rural contre 52,1% en milieu urbain. Cette part passe de 48,8% parmi les femmes à 62,1% parmi les hommes.

Les jeunes et les non diplômés restent les catégories les plus touchées par la précarité de l’emploi. En effet, les jeunes de moins de 25 ans sont les plus concernés par le travail sans contrat, avec un taux de contractualisation de 21,2%. Surtout, ce taux croît avec l’âge pour atteindre 45,7% parmi les Marocains âgés de 45 ans et plus.

Les non diplômés enregistrent un taux de contractualisation faible (20,8%) par rapport aux diplômés, et surtout les diplômés de niveau supérieur pour lesquels cette proportion atteint 77,2%.

La population étrangère au Maroc trouve plus facilement du travail 

En 2018, selon les résultats de l’enquête nationale sur l’emploi, la population étrangère au Maroc est estimée à environ 45.000 personnes. Cette estimation devrait prendre en considération le fait que cette enquête, représentative de l’ensemble de la population étrangère résidant sur le territoire national constituée en ménages ordinaires, n’inclut pas les étrangers regroupés dans des ménages collectifs (regroupements établis dans certaines villes ou zones rurales).

Ainsi, parmi l’ensemble des immigrants au Maroc, 22,6% sont originaires de pays arabes, 37,3% de pays européens et 33,3% de pays africains subsahariens non arabes. Près de 6 immigrants sur 10 (59,7%) sont de sexe masculin et plus de 8 sur 10 (84,2%) ont un diplôme, 64,8% un diplôme de niveau supérieur et 19,4% de niveau moyen.

Les indicateurs d’accès de la population étrangère au marché du travail sont légèrement supérieurs à ceux observés parmi l’ensemble de la population. Pour cette catégorie, le taux d’activité atteint 51,3% (contre 46,2% pour l’ensemble de la population), le taux d’emploi 43,9% (contre 41,7%) et le taux de chômage 14,4% (contre 9,8%).