27/02/2016 05h:46 CET | Actualisé 27/02/2016 07h:00 CET

Le développement de l'Afrique passera par l'électrification (REPORTAGE)

DÉVELOPPEMENT - L'Afrique va devoir s'éclairer si elle veut mieux avancer. Ce sont là les conclusions d'une conférence qui s'est tenue dans le cadre du Forum Afrique Développement 2016, vendredi 26 février à Casablanca, et qui avait pour thématique les moyens d'électrifications à adapter pour le continent. Conjointement organisé par l’établissement public Maroc Export et Attijariwafa Bank, l'événement a rassemblé des décideurs économiques et politiques venus de toute l'Afrique.

S'éclairer pour mieux se développer

Présent sur scène pour discuter de cette problématique, Jean-Louis Borloo, président de la fondation Énergies pour l'Afrique, a évoqué le besoin d'électrification important du continent africain: "La paix dans le monde se joue sur l'accès à l'énergie pour tous" a déclaré l'homme politique français. "Les pays qui n'ont pas accès à l'énergie sont aussi les victimes du réchauffement climatique et de la violence". L'Afrique a pourtant toutes les ressources naturelles nécessaires pour subvenir à ses besoins énergétiques et aller de l'avant: "Le continent a le deuxième plus grand potentiel du monde dans les énergies renouvelables, la situation est invraisemblable. L'Afrique a la deuxième forêt du monde, une stabilité du vent sur un certain nombre de ses territoires, une géothermie extrêmement puissante en Tanzanie et au Kenya. L'énergie est aujourd'hui le prérequis de tous les autres sujets de l'humanité, elle est nécessaire à la démocratie. Dans le futur, l'exode vers les zones d'avenir engendrera des flux de centaines de millions de personnes", a poursuivi M. Borloo.

Qui dit énergies, dit accès à l'éducation, à la santé, ainsi qu'à la consommation. Une mise en place graduelle de l'électrification permettrait à l'Afrique de connaître une croissance importante: "Le gain de productivité avec seulement 5% de population bénéficiant de l'énergie serait inimaginable", évalue quant à lui Alassane Ba, directeur général du Fonds Africa 50.

"Les pays africains doivent compter sur eux-mêmes"

Aujourd'hui l'Afrique paie plus cher que l'Europe pour acheminer son énergie. D'importants investissements sont nécessaires afin de créer de nouvelles infrastructures. L'Europe et les Etats-Unis fournissent déjà une aide financière notable aux nations du continent afin d'opérer cette transition.

"Les pays africains devront avant tout compter sur eux-mêmes pour s'éclairer"

Mais, malgré la volonté des entreprises privées et des autres continents, la démocratisation de l'énergie auprès de la population africaine dépendra avant tout de la volonté des gouvernements: "Cette priorité relève du domaine politique. Que cela soit au niveau des pays, ou des régions. Il faut des plans". Un constat partagé par Frederic Mvondo, directeur général de l'entreprise camerounaise Globeleq: "Les pays africains devront avant tout compter sur eux-mêmes pour s'éclairer" a déclaré l'homme d'affaires sous les applaudissements du public.

Galerie photo Ces Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images