MAROC
09/04/2019 15h:30 CET

Élections en Israël: Des caméras trouvées chez des militants pour surveiller les électeurs arabes

Première polémique des législatives israéliennes.

Twitter/@noa_landau

ÉLECTIONS - Les élections n’ont débuté qu’il n’y a quelques heures et les premières polémiques sont déjà là. Des militants du Likoud ont été interpelés par la police alors qu’il portaient sur eux des caméras cachées, rapportent des médias israéliens. Selon Haaretz, le parti de Benjamin Netanyahou aurait ainsi dépensé des centaines de milliers de shekels (monnaie israélienne) pour fournir plus de 1200 caméras à ses militants.

Une douzaine d’entre eux portant ce matériel auraient été interpelés par la police. Un équipement sensé traquer les “fraudes électorales” et visant les bureaux de vote situés dans des zones majoritairement arabes, rapporte le journal israélien de centre gauche.

Dans une vidéo partagée par Haaretz, on voit un militant affirmer avoir été envoyé par le Likoud:

Selon une source d’extrême droite citée par le journal, les caméras ont été installées pour “préserver la pureté de l’élection et faire en sorte que la liste arabe, Ra’am-Balad, ne passe pas le seuil électoral par des falsifications”.

Pour l’instant, la police affirme qu’aucun crime n’a été commis, précisant que les activistes interpelés se trouvaient à l’extérieur des bureaux de vote, rapporte Haaretz

Benjamin Netanyahou assume

Selon la même source, Jamal Zahalka, député et membre de la liste des partis arabes a déposé “une plainte urgente au nom de son groupe devant le comité électoral”.

“L’extrême droite comprend notre force et notre capacité à renverser le gouvernement, et franchit toutes les lignes rouges, en utilisant des moyens illégaux, pour interférer et empêcher les citoyens arabes de voter”, affirme de son côté l’alliance arabe Hadash-Ta’al, dans un communiqué repris par Times of Israel.

De son côté, le Comité des élections a affirmé dans un communiqué, relayé par la même source, l’illégalité de la méthode employée: “Il est interdit aux membres des comités de bureau de vote et aux autres membres du personnel de filmer les électeurs ou de procéder au vote. Il est permis de filmer uniquement dans des circonstances extraordinaires à des fins de reportage”. 

Interrogé sur cette question par les journalistes, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahou a défendu l’utilisation de ces caméras, affirmant, selon Times of Israel, “que le problème est le comportement des communautés arabes” et non pas les mesures utilisées par le Likoud pour assurer “un vote juste”.

Ce n’est pas la première fois que le Likoud fait polémique pour son traitement des électeurs et des partis arabes. Comme le rappelle Times of Israel, lors des élections de 2015, Benjamin Netanyahou avait affirmé que les électeurs arabes allaient “venir en masse” pour voter. 

Ce mardi 9 avril, les Israéliens seront appelés aux urnes pour élire les 120 députés de leur parlement, la Knesset.